Comment régler l’angle de pente d’une rampe d’orpaillage ?

Cela ne vous est-il jamais arrivé de poser votre rampe d’orpaillage dans l’eau, au bord d’un magnifique placier, et ne pas arriver à trouver le bon angle pour que l’eau s’écoule parfaitement ? Trop d’angles et les graviers filent comme l’éclair. Trop peu et votre rampe se transforme en bac à sable. L’un comme l’autre, ce n’est pas bon. Mais alors comment connaître la bonne inclinaison, le bon angle pour que l’eau puisse s’écouler à la bonne vitesse, que votre rampe fonctionne parfaitement de sorte à pouvoir espérer capturer efficacement de l’or ? On vous explique tout.

La réponse rapide et théorique mais pas forcement juste.

Il faut une pente de 8.33 et 10 % soit un angle de 4.76 et 7 degrés. Je vous laisse calculer cela grâce à ce petit lien sur les calculs d’angles.

C’est ce qu’un orpailleur chevronné devrait vous dire si vous lui posez la question, mais évidemment, en répondant cela, il ne saura probablement, ni vous expliquer pourquoi ce chiffre, ni comment on l’obtient.

Mon point de vue, est que ce chiffre est totalement absurde. Je peux même vous dire que je peux très bien vous faire un superbe bac a sable avec ces chiffres-là. Comment ? Tout simplement en touchant une autre variable, par exemple le débit de l’eau. Si je fais passer un filet d’eau, avec un angle de rampe à 4.76 degrés, je peux rendre votre rampe totalement inefficace.

Voilà pourquoi je vous conseille de bien faire attention si un jour on vous parle d’ un angle bien précis en réponse à cette question de pente de rampe d’orpaillage. Bien d‘autres facteurs entrent en jeu pour avoir un angle bien précis, et ils sont nombreux.

la pente idéale pour une rampe d'orpaillage caledonian

Nous disons très souvent dans ce site internet qu’une rampe d’orpaillage est une rivière miniature et artificielle. On reproduit ce qu’il se fait dans la nature. Comme vous le savez si vous avez déjà prospecté, il y a des pièges qui fonctionnent mieux que d’autres, et des zones plus favorables à l’accumulation de graviers et d’autres qui permettent la concentration de l’or.

Dans une rampe c’est exactement pareil. Les régimes torrentiels où l’eau cours souvent très rapidement ont du mal à concentrer l’or. Sur le même principe, certains fleuves avec un volume d’eau important mais une vitesse très lente, ne concentrent pas du tout l’or. Dans une rampe de lavage c’est exactement la même chose.

Comment définir réellement l’angle de votre rampe de lavage ?

Comme évoqué ci-dessus, si un jour on vous donne un angle bien précis à respecter pour votre rampe d’orpaillage, sachez que cette personne vous vend de la poudre de perlimpinpin. Bien fort est celui qui est capable de vous donner la pente sans connaitre :

  • Le débit qui circule dans votre rampe,
  • L’orientation de votre rampe,
  • la granulométrie de vos graviers à traiter,
  • la densité globale de votre gravier à traiter,

Et surtout, sans être à côté de vous pour déterminer la bonne pente et donc l’angle …

L’angle de votre rampe affectera le volume et la vitesse de l’eau.

Si je généralise, la majorité de l’or que l’on récupère est de l’or fin ou de fines paillettes; c’est le type d’or qui se trouve dans les zones faciles d’accès et donc facilement récupérable. Après tout, de l’or est de l’or. Le problème c’est que l’or fin, communément appelé farine, peut complètement passer à travers une rampe ci cette dernière est mal installée.

Pour remédier au problème, vous devez être conscient des principaux facteurs impliqués. La vitesse et le volume de l’eau sont essentiels !  Même dans une rampe d’orpaillage mal conçue, si vous disposez d’un bon volume d’eau et d’une vitesse suffisante, vous récupèrerez toujours de l’or plus efficacement qu’avec une rampe haut de gamme mal positionnée.

Comme je dis toujours, “c’est le gars derrière la rampe qui fait le travail, pas la rampe seule”.

une angle idéal pour une rampe mini caledonian pour garantir un bon flux

Pour gérer au mieux ce volume d’eau et sa vitesse, il faudra jouer sur l’angle de la pente de votre rampe de lavage. Si le volume d’eau dépend de la manière dont vous placez la bouche de votre rampe dans l’eau, la vitesse effective sera essentiellement dûe à la vitesse initiale du cours d’eau (on parle de l’élan du courant). La pente vous permettra de réguler cette vitesse en la faisant varier.

  • Plus on diminue la pente (ou l’angle) plus on ralentit le flux.
  • Plus on augmente la pente (ou l’angle) plus on l’accélère.

Ce qui impacte le bon fonctionnement de votre sluice box, c’est de garantir la vitesse idéale de l’eau pour trier et nettoyer les graviers. Si l’angle n’est pas suffisant, des cailloux plus gros et des morceaux d’argile peuvent se déposer autour des riffles provoquant des turbulences dans l’eau ; ces dernières affecteront négativement l’action du vortex en arrière des pièges. Ceci vous fera perdre de l’or ! À cela s’ajoute aussi la forme et la taille des riffles qui nécessiteront plus ou moins de courant.

Il est absolument essentiel de trouver le débit d’eau et la vitesse appropriés à votre situation. Cela peut être délicat et peut vous obliger à bloquer l’écoulement de l’eau à l’entrée de votre sluice. Cela peut être accompli en faisant un petit barrage avec des roches dans le lit de la rivière si vous devez freiner le débit ou à l’inverse accentuer la pente pour en gagner.

Comment définir le bon angle pour votre rampe.

Vous l’aurez compris, la pente est un des facteurs important pour optimiser la captation de l’or, aussi bien dans une rampe qu’en rivière. Voici une méthode simple pour obtenir le meilleur angle possible en corrélation avec la vitesse d’écoulement de l’eau. Pensez toujours que le flux de l’eau est une énergie. Plus le flux est fort, plus l’énergie de l’eau est grande pour pousser, transporter et nettoyer les graviers et donc isoler l’or derrière les riffles. Lorsque le courant est fort, il est facile de diminuer le flux en jouant sur la pente (justement). A l’inverse, lorsque le flux est trop faible, gagner de l’énergie est nettement plus compliqué à récupérer.

La première chose à faire est de retirer les plus gros modules de vos graviers. Pour cela ,il faut simplement tamiser le gravier et éliminer ce qui est superflu. Cela évitera des manipulations de nettoyage dans la rampe et surtout de nettoyer des cailloux inutilement. Ce simple tamisage permet d’économiser un apport d’énergie hydrique conséquent.

Au fure et à mesure que l’eau coule sur la rampe, elle fait ce qu’on appelle des vortex derrière les riffles. C’est un reflux qui crée une zone de basse pression juste derrière le riffle

nettoyage de l'or avec une caledonian classic avec un angle et une pente idéale
Attention à bien centrer le V du flare. Sur cette image d’une caledonian classic, la rampe a un bon angle mais est positionné de travers par rapport au flux. Ceci vide la partie gauche des premières riffles.

Lorsque vous déposez une première poignée de graviers, vous devez observer comment ces graviers s’écoulent et réagissent derrière chaque riffle. Une fois que tous les graviers légers ont traversé la rampe, vous mettez une nouvelle poignée de graviers (et ainsi de suite). Ceci est le processus normal de l’utilisation d’une rampe de lavage.

Maintenant, si la rampe de lavage tourne trop lentement à cause d’un débit d’eau trop faible, que se passe-t-il ? Les graviers même légers stagnent dans la rampe et ne s’évacuent pas assez vite. L’or aura du mal à trouver son emplacement derrière les pièges, les vortex seront inexistant et l’or glissera vers la sortie.

À l’inverse, si la courant d’eau dans la rampe est trop rapide, elle ne concentrera que les matériaux les plus lourds. Une grande partie des paillettes d’or comme les ailes de mouches ou la farine prendra la porte de sortie sans avoir pu se faire piéger. En effet ces types d’or ont tendance à rester sur une profondeur intermédiaire de l’eau, et non au fond.

La technique de la stabilisation de la trainée.

Voici une première technique pour vous. Vous remarquerez que lorsque vous déposez des graviers, une première fois,ils comblent entièrement les riffles laissant une trainée de graviers assez longue, laquelle, quelques secondes plus tard, se raccourcie pour ensuite se stabiliser. Une fois stabilisée, on a donc une trainée (accumulation de graviers) très courte, constituée de lourd . Le but est de calculer le temps de stabilisation de la trainées de graviers derrière un riffle.

monvouvement du vortex derrière le riffle d'une rampe de lavage

NB : je vous rassure il suffit juste de compter.

Si la trainée met plus de 45 secondes pour se stabiliser, c’est que le débit n’est pas suffisant. Si la trainée se stabilise en moins de 15 secondes, votre débit est trop rapide. Il faut donc viser 30 secondes environ.

La technique du temps de traversée.

Si vous n’arrivez pas à bien voir la stabilisation de la trainée, il y a une autre méthode plus simple . La technique ci-dessus demande de bien comprendre et bien lire sa rampe.

angle idéal pour une rampe d'orpaillage

Vous pouvez tout simplement passer des graviers dans votre rampe et calculer en combien de temps les graviers traversent la rampe de part en part. Pour une rampe de 1 mètre de long, comptez 4 secondes de traversée pour du gravier léger. En dessous de 3 secondes, ce sera trop rapide et vous risquez d’avoir beaucoup de perte. Au-dessus de 5 secondes, vous devrez certainement attendre plus longtemps que la trainée derrière les riffles se stabilise avant de remettre une nouvelle poignée de graviers.

Si vous ne laissez pas décanter les graviers derrières les riffles, vous risquez de saturer inutilement les riffles et vous ne laisserez pas le temps nécessaire à l’or de se déposer derrière.

Conclusion.

Pour l’ensemble de ces 2 méthodes, la pente sera une variable d’ajustement. En fonction de vos observations, vous pourrez élever ou abaisser l’angle de votre rampe pour ajuster le débit.

Dernier point très important. Vous serez forcement confronté à abaisser votre rampe pour accélérer le flux en cas de débit trop faible. Eh bien sûr, vous vous verrez dans l’obligation d’enfoncer l’arrière de votre rampe sous le niveau de l’eau. Si cela arrive, les derniers riffles ne seront plus actifs et donc inefficaces.

Préférez faire un barrage de rochers pour rehausser le niveau de l’eau à l’entrée pour positionner votre rampe plus en hauteur. L’eau s’écoulera librement vers la sortie. Vous pouvez le voir sur la première image de l’article.

Vues : 149