La charte de l’orpailleur pour les chercheurs d’or de loisir

Goldline Orpaillage vous propose de suivre cette charte de bonne conduite. D’une part, elle s’applique à tous les orpailleurs de loisir : du pratiquant occasionnel à celui plus régulier, influenceurs (Youtubeurs, responsables de réseaux sociaux et de groupes dédiés à l’orpaillage) qui adhèrent à nos valeurs, ainsi que les professionnels qui partagent nos préoccupations. D’autre part, cette Charte constitue la Carte de visite que nous souhaitons montrer à tous ceux qui ne nous connaissent pas ou ignorent les valeurs qui nous animent.

logo association goldline orpaillage

L’objectif est de montrer à tous (curieux, futurs orpailleurs, néophytes, orpailleurs confirmés et aux administrations, autres pratiquants des rivières et ruisseaux) que l’orpaillage de loisir est pratiqué par des gens passionnés et responsables. Car nous ne sommes pas seuls au bord de l’eau : Le petit bout de plage de graviers que nous occupons pendant quelques heures appartient à un propriétaire privé, soit à tout le monde (domaine public). Nous nous devons donc de montrer le bon exemple et de préserver les lieux.

Pourquoi cette association d’orpaillage et pas une autre ?

À ce jour, Il n’existe que la FFOR (Fédération Française d’Orpaillage), pour représenter le mouvement historique des orpailleurs au niveau national avec les associations régionales adhérentes. Notre association arrive, alors que le contexte réglementant la pratique de notre loisir évolue à une vitesse impressionnante.

En 3 ans, le nombre de pratiquants a sensiblement augmenté, avec l’évolution des réseaux sociaux, de manière déconnectée des associations traditionnelles, et façon anarchique. Notre implantation est justement centrée sur la Toile, avec un fort lien sur le terrain, pour une représentation Nationale. Cette structure est donc réactive et fait en sorte de soutenir les efforts pour rendre notre loisir visible et responsable pour le bénéfice de tous. Les créateurs de cette association ont déjà entrepris, depuis plusieurs mois, des négociations directes avec les administrations.

Dans un contexte où certaines interdictions se font jour, la sauvegarde de notre loisir devient un enjeu déterminant. Nous ne nous contenterons pas de discussions en comité restreint. Nous interviendrons pour négocier, participer au plus près des décisions concernant tous les pratiquants de l’orpaillage. Mais aussi proposer des solutions qui puissent satisfaire les parties en présence.

Une charte et une association d’orpaillage :

L’association a pour buts de :

  • Soutenir, développer et défendre la pratique de l’orpaillage de loisir, d’accompagner les orpailleurs et de les orienter vers une pratique éthique et responsable.
  • Promouvoir et veiller au respect des spécificités légales de la France, en particulier les différentes lois délimitant l’orpaillage, par tous les moyens, tout en faisant une sensibilisation à la défense de la nature.
  • Resserrer les liens de confraternité entre ses membres, tout en étant un lieu de convergence d’idées et d’élaboration commune de projets.
  • Établir le lien et de maintenir de bonnes relations avec d’une part les différents organes de l’État et des Préfectures, d’autre part avec les autres usagers des cours d’eaux (agriculteurs, pêcheurs, kayakistes).
  • Réfléchir et de contribuer à l’amélioration de l’orpaillage de loisir par la rédaction d’articles techniques et la création de matériels innovants

De plus, nous croyons qu’il demeure important de mettre en place cette charte, pour qu’elle s’applique tant au bord de l’eau que sur les réseaux sociaux.

Au bord de l’eau :

prospection d'un orpailleur dans le colorado
  • Respecter les contraintes indiquées par la réponse reçue : dates liées aux périodes de frayes et de sécheresse, lieux, matériel utilisable, zones protégées…
  • Demander l’autorisation des propriétaires privés riverains, si on ne se trouve pas dans le domaine public.
  • Respecter les berges et talus, ne pas attaquer les racines des arbres qui sont en bordures de cours d’eaux.
  • Reboucher les trous pour que notre pratique provoque et remettre en état les lieux. Limiter au maximum notre impact sur le milieu aquatique.
  • Récupérer les métaux lourds rencontrés et autres polluants visuels (plombs, ferraille, déchets plastiques).
  • L’utilisation d’un détecteur de métaux pour la recherche d’or natif alluvionnaire n’est pas toléré pour une recherche de mines.

Les réseaux sociaux

Il existe de nombreux groupes dédiés à l’orpaillage, soit en fonction de spécificités géographiques. Avec des orientations qui leurs sont propres en fonction des administrateurs créateurs.

Notre volonté, avec l’Association Goldline Orpaillage, est de nous démarquer par une action engagée et responsable. C’est d’autant plus vrai que la tendance de ces derniers temps, pour certains Youtubeurs, fut la course au sensationnel. La course aux pouces bleus, aux « putaclics », avec des titres racoleurs tend à éloigner des vraies valeurs, de l’éthique indispensable. Ce que nous ne cautionnons pas. Ces influenceurs ont tendance à oublier qu’ils montrent une image déformée de notre loisir auprès d’un public. Et parfois ces défauts d’informations est bien loin de la réalité.

Ainsi, sur Internet, nous proposons de nouvelles pratiques, ou du moins des pratiques responsables. L’objectif est que les orpailleurs vivent bien leur loisir au quotidien. Il est indispensable de populariser ceci auprès de tous.

les pistes à suivre :

Pour cela, voici les pistes que nous devons suivre pour montrer nos bonnes pratiques :

  • Toujours orpailler avec l’autorisation préfectorale, dans les dates et lieux impartis, avant de montrer des images de nos sorties.
  • S’engager à faire un rappel à la loi, dans les vidéos, concernant les limites de notre loisir.
  • Ne pas faire la promotion de chaînes Youtube, enseignes ou groupes Internet qui ne respectent pas les règles de conduites que nous nous proposons de suivre.
  • Prendre soin de la nature. En rebouchant les trous, en respectant berges et arbres, en dépolluant les déchets rencontrés et surtout en les montrant.
  • Ne pas cadrer les lieux partagés sur Internet, pour ne pas les exposer à une sur-fréquentation abusive.
  • Ne pas exposer des photos de pesées des récoltes d’or. Ce loisir n’est pas une course à la récolte mais bien une pratique de plein air, dans la nature.

COPYRIGHT 2019 – Propriété de l’association Goldline Orpaillage

Merci à Eric Juan de nous avoir aidé sur cette charte.

fr Français
X
error: