La meilleure mini rampe de prospection pour l’orpaillage

Pour être parfaitement clair sur ce point, avant même de commencer, une mini rampe de prospection est une erreur de langage. Depuis quand prospecte-ton avec une rampe de lavage ? C’est une énorme erreur. C’est une déformation qui vient de certains distributeurs de matériel pour définir une petite rampe ou mini rampe.

Mais alors, c’est quoi une rampe de “prospection” ? Comment doit être une mini rampe ? Et surtout, comment l’utilise-t-on et dans quelles conditions ? Voici le sujet que nous allons développer ici.

Dans quelles conditions utilise-t-on une mini rampe d’orpaillage ?

Une mini rampe ou mini sluice, est donc une rampe de petite taille qui permet d’exploiter du gravier aurifère afin d’isoler l’or et ainsi de pouvoir le récolter. La mini rampe se reconnait par ses dimensions très petites.

rampe orpaillage caledonian pret a etre nettoyé

Il est vrai qu’une petite rampe peut paraître bien pratique, surtout quand on cherche à voyager léger dans des zones difficiles. Le mot “prospection” qu’on lui attribue est un abus de langage.

En généralisant, on l’utilise lorsque l’on part dans des zones que l’on ne connait pas, pour savoir si la présence de l’or est avérée ou non. Il peut être vrai parfois, lorsque l’on prospecte une zone et que celle-ci est assez bonne, que l’on profite de cette mini rampe d’orpaillage pour revenir chez soi avec un fond de paillettes d’or.

Mais surtout, n’allez pas croire que cette mini rampe est une rampe pour prospecter. Non. Une rampe sert à exploiter une zone reconnue comme aurifère, qu’elle soit grande ou petite.

À quoi ressemble une mini rampe d’orpaillage ?

Les dimensions :

Les dimensions d’une mini rampe ne sont pas actées. C’est davantage un avis arbitraire . Une chose est sûre, elle sera plus petite qu’une rampe de taille standard (inférieure à 25 cm de large et inférieure à 60 cm de long). Cette taille minimaliste lui permet de se mettre facilement dans un sac à dos ou se porte plus facilement à la main.

L’intérêt principal de ce type de matériel d’orpaillage est de pouvoir rester mobile. Elles peuvent mesurer entre 8 cm et 18 cm de large et entre 20 cm et 60 cm de long.

  • Une largeur plutôt petite vous limitera dans la quantité de graviers à traiter par la rampe dans un laps de temps donné.
  • Une faible longueur vous contraindra à nettoyer plus fréquemment (tous les 1/4 d’heure pour les plus courtes, en fonction de la nature des graviers et des pièges de votre rampe).
  • L’avantage des petites rampes est la facilité accrue du nettoyage et du transport. Ce sont d’ailleurs les seuls intérêts que l’on retiendra.

La matière :

Généralement, les minis rampes d’orpaillage ont un corps de rampe en aluminium (canal) et avec ou sans flare (bords pliés). Du grand classique mais en petit. Dans ce cas, les pièges sont apportés par des tapis techniques d’orpaillages voir aussi avec du V mat custom.

mini rampe de prospection fabriqué soi même

Il existe également certaines rampes manufacturées en plastique à l’image de la mini caledonian ou encore le pocket sluice par prospector’s dream.

Les riffles.

Clairement, la forme des riffles sera la partie la plus importante pour vous. En effet, une mini rampe d’orpaillage à un énorme défaut, sa petite longueur. Ce défaut est pour beaucoup son principal avantage au premier abord. Du fait de sa longueur très limitée, le risque de perte d’or est très importante. Il faudra donc une rampe avec des pièges efficace dès les premiers centimètres.

Il faut donc des riffles très agressifs pour capter immédiatement un maximum de matériaux intéressants. Plus la rampe sera courte, plus il faudra que les riffles soient agressifs. Le moindre centimètre de la surface active de la rampe aura son importance. Oubliez donc les surface lisses ou les pièges en marmites ou à trous.

Pourquoi cette notion de riffles agressifs est si importante ?

Lorsqu’on utilise une rampe normale, petit à petit la rampe se remplie et les matériaux lourds se déposent dans les riffles. Par effet d’accumulation graduelle, les premiers riffles se colmatent en premier lieu, et plus le temps passe, plus les riffles en aval se colmatent.

Dans une rampe classique, l’accumulation de matériaux lourd dans la rampe se fait petit à petit ce qui vous laisse du temps pour faire plusieurs chargements avant de devoir nettoyer. De plus la longueur de la rampe laisse le temps à l’or de descendre pour trouver le piège qui le captera au mieux. Plus la sluice box (rampe) est longue, plus on limite le risque de perte en fonction du temps.

riffles caledonian orpaillage avec du sable noir

Avec une mini rampe, plus courte, il faut tout de suite capter l’or. Il est inconcevable de se dire que la paillette récalcitrante pourra être piégée plus loin (car plus loin, il y a la sortie). Vos riffles doivent donc être agressifs c’est-à-dire saillants, assez gros et répétés.

Cela vous obligera de nettoyer plus souvent. Un faux problème en soit, car cette taille minimaliste de la rampe rendra le nettoyage plus rapide et efficace pour recommencer le travail sans perdre de temps.

À retenir.

Une mini rampe doit :

  • Avoir une longueur inférieure à 60 cm.
  • Une largeur suffisante : à titre indicatif, 15 à 18 cm est très bien.
  • Avoir des riffles très agressifs et pas de zones inactives.
  • Une mini rampe ne doit pas servir à prospecter mais à exploiter un placer.

Vues : 340