La ruée vers l’or aux États-Unis. The California Gold Rush

Tout orpailleur en France a forcément l’image de la formidable ruée vers l’or aux États-Unis. Mais connaissez-vous tout l’histoire ? Nous allons tenter d’en faire une bonne synthèse.

La première découverte.

L’histoire commence le 24 janvier 1848, avec James Marshall, contremaître en construction à Sutter’s Mill, aux Etats Unis. En inspectant le débit d’eau à travers le canal de fuite de son moulin. La scierie, sur les rives de la rivière américaine à Coloma, en Californie, appartenait à John A. Sutter, qui avait désespérément besoin de bois pour la construction d’un grand moulin à farine. Ce matin-là, Marshall a non seulement constaté que l’eau coulait correctement à travers le moulin, mais a également aperçu un objet brillant scintillant dans le ruisseau glacial. Se baissant pour le ramasser, il regarda avec admiration. C’était une pépite d’or de la taille d’un pois se trouvant dans sa main.

Il est immédiatement allé rendre visite à Elizabeth Jane «Jennie» Wimmer, la cuisinière et la blanchisseuse du village, qui avait grandi dans une famille de prospecteurs. Mme Wimmer a utilisé une solution de savon de lessive pendant la nuit pour vérifier que la pépite de 9 grammes que Marshall avait trouvée était du vrai or. En le surnommant “la pépite Wimmer”, (évaluée à l’époque à 5,12 $), Marshall lui a donné un collier. Il sera ensuite exposé à “l’Exposition colombienne” de 1893.

carte de la ruée vers l'or en californie

Marshall a ensuite informé son patron, John Sutter, de sa découverte. Sutter, un immigrant germano-suisse qui possédait des milliers d’hectares autours de Sacramento, rêvait de développer une partie de ses terres en une colonie agricole nommée «Nuevo Helvetia» ( «Nouvelle Suisse» en espagnol). Son principal complexe agricole était connu sous le nom de Sutter’s Fort et était déjà devenu une destination pour les immigrants. Plus soucieux d’étendre son empire agricole, Sutter souhaitait faire taire les informations sur l’or nouvellement découvert. Mais un tel secret était trop grand pour être caché, et peu de temps après, un journal de San Francisco a confirmé des informations faisant état de plusieurs découvertes d’or dans la région. C’est à partir de ce moment là que les mineurs ont commencé à affluer dans la région, la transformant d’un avant-poste endormi en un centre d’activité animé.

Le début de la ruée vers l’or.

Même avec des outils très rudimentaires, les premiers mineurs ont réussi à trouver les premiers grammes d’or. L’or était accessible sur des dépôts placerien accessible et facile à travailler. À ce moment-là il n’y avait aucune restriction légale ou financière pour exploiter les placiers. Aucun impôt n’a été prélevé sur les premiers prélèvements d’or. Mais les zones et la ville voisine était également en très mauvais état à la vue de ces premières arrivées de chercheurs d’or. Aucune infrastructure ne permettait d’accueillir tout ce monde (routes, logements, dispensaires, magasins …). Chaque mineur était seul et travaillait pour lui-même.

Le 19 août 1848, le New York Herald était le premier journal de la côte Est des États-Unis à confirmer qu’il y avait une ruée vers l’or en Californie. Le 5 décembre 1848, Le président James Polk l’annoncerait devant le Congrès, légitimant considérablement la nouvelle.

La nouvelle de cette ruée vers l’or, gratuite et accessible pour tous, a continué de se répandre. À la fin de l’été, les premiers chercheurs d’or arrivaient de toute la Californie. Les premiers immigrants venaient probablement de l’Oregon, où les agriculteurs américains s’étaient installés depuis le début des années 1840. Viennent ensuite les hommes des îles Sandwich (aujourd’hui Hawaï). À l’automne, de nouveaux arrivants venaient du nord du Mexique. Pendant l’hiver, un grand nombre venaient du Pérou et du Chili en Amérique du Sud. Pourtant, il y avait beaucoup d’or pour tout le monde, de nouvelles découvertes étaient faites quotidiennement. La nouvelle carte aurifère de la Californie se dessina et laissait présager une énorme aubaine pour tous les États-Unis.

pionnier qui nettoie du gravier dans sa rampe

Quand la ruée vers l’or se transforme en Fièvre.

Comme il l’avait prédit en voyant la pépite d’or, John Sutter a été ruiné. À côté de ça, de plus en plus de ses ouvriers agricoles partaient à la recherche d’or. Beaucoup de monde, pas de règles, la situation commença à devenir critique. Des squatters ont envahi les terres de John Sutter, son bétail est abattu ou volé, ainsi que ses récoltes.

Bien que la grande majorité ait abandonné leurs autres activités pour rechercher le métal précieux, un marchand mormon entreprenant nommé Samuel Brannan avait une meilleure idée. Il a acheté toutes les fournitures minières qu’il a pu trouver et a rempli son magasin de Sutter’s Fort de seaux, de casseroles, de vêtements lourds, de denrées alimentaires et de provisions du quatidien. Puis il a apporté une bouteille de quinine pleine de flocons d’or à la ville la plus proche, San Francisco. Là, il marchait dans les rues, agitant la bouteille d’or au-dessus de sa tête et criant «Or, or, or dans la rivière américaine !» Le lendemain, le journal de la ville décrivait San Francisco comme une «ville fantôme ». Samuel Brannan est rapidement devenu le premier millionnaire de la Californie, vendant des fournitures aux mineurs lorsqu’ils passaient près du fort de Sutter.

La découverte d’or a déclenché une hystérie presque massive alors que des milliers d’immigrants du monde entier ont bientôt envahi ce qui allait bientôt s’appeler le Gold Country of California. Le pic de la ruée a été en 1849. C’est ainsi que l’on a nommé les mineurs : les 49ers. Quelque 80 000 prospecteurs ont afflué en Californie au cours de cette seule année, arrivant par voie terrestre sur le California Trail, par bateau autour du cap Horn ou par le raccourci de Panama. La majorité d’entre eux sont venus au milieu de l’été. Dans le même temps, des voiliers accostaient à San Francisco, seulement pour être désertés par les marins ainsi que par les passagers.

Creuser pour l’or du début du matin jusqu’au soir était un travail éreintant. L’espoir de la richesse est devenu une obsession pour de nombreux 49ers. Des histoires et des légendes locales continuaient à alimenter la motivation des orpailleurs. Une séquence de malchance pourrait toujours être suivie d’une grande richesse. La Roue tourne toujours.

De l’El-Dorado aux balles en plombs.

photo d'un groupe de chercheur d'or lors de la ruée vers l'or

Dans les années 1850, les mineurs venaient de partout dans le monde (Europe, Asie). Cependant, l’or devenait plus rare et la concurrence entre mineurs commençait à attiser la tension. Dans le même temps, les marchands ont fait en sorte de créer une inflation sur les outils d’extraction, les vêtements et la nourriture à des niveaux insoutenable. Un mineur devait trouver 29 grammes d’or par jour juste pour atteindre le seuil de rentabilité. La précarité commença a s’installer à cause de la flambée des prix et du coups de la vie.

La fin de la ruée vers l’or.

Alors que les mineurs continuaient à inventer des moyens plus rapides et efficace pour trouver de l’or, cette ruée vers l’or est aussi le début de la prise de conscience de l’impact environnemental. Les flancs des collines ont été emportés par des torrents d’eau et les villes en aval ont été inondées par d’immenses inondations de boue lors de pluies diluviennes. Les réserves d’eau ont été empoisonnées au mercure, à l’arsenic, au cyanure et à d’autres toxines. De grandes forêts de chênes et de pins ont été nivelées pour l’extraction du bois.

Le pic de production d’or placérien a eu lieu en 1853. A la suite de cette année, tout l’or accessible a été extrait et les quantités trouvées, au vu de la population en place sonnait la fin de cette ruée vers l’or. Des milliers de chercheurs d’or désespérés sont rentrés chez eux avec peu de choses à montrer.

De nombreux mineurs sont redescendus à San Francisco, riches ou plus souvent en faillite. Les nombreuses villes du 19e siècle ont énormément souffert de l’afflux massif de migrant les transformant en bidons villes faites de bric et de broc. Le crime est devenu un problème, en l’absence de systèmes judiciaires et policiers. Certains mineurs ont, au contraire, ramené leurs familles pour se trouver vers l’agriculture et tenter de faire vivre les habitant de ces nouvelles villes.

La ruée vers l’or en Californie est généralement considérée comme terminée en 1858 lorsque la ruée vers l’or au Nouveau-Mexique a commencé. Par chance, les pionniers de Californie ont trouvé la terre très productive et, finalement, la grande richesse de l’État ne provenait pas de ses mines mais de ses fermes et cultures.

Hits: 617