Cascades et chutes d’eau, comment y chercher de l’or ?

Que ce soit dans un petit ruisseau ou une grande rivière, les cascades ou chutes d’eau peuvent créer des zones intéressantes à prospecter. Cet intérêt émane d’une ancienne vidéo d’un américain sur YouTube , montrant un orpailleur ayant trouvé plusieurs centaines de grammes d’or dans un ancien trou dans le bedrock, provoqué par une ancienne cascade alors asséchée. Hélas ,cette vidéo n’existe plus mais elle a donné beaucoup d’idées à bon nombre d’orpailleurs. Alors, est-ce un mythe, ou faut-il y voir là une zone supplémentaire de prospection ? Comment orpailler une chute d’eau ? C’est ce que nous allons expliquer ici.

Les cascades sont des générateurs de pièges à or et de marmites.

Faisons un rapide rappel sur le mouvement et le transport de l’or. L’or se trouve plus facilement dans des rivières qui érodent et drainent un substrat rocheux contenant des fissures ou veines aurifères. La friction de l’eau et des matériaux qu’elle emporte, détruisent petit à petit ce substrat rocheux aurifère libérant ainsi l’or dans le flux. Nos petites paillettes d’apparence cristallisées et parfois encore avec une matrice de quartz (que l’on appelle spécimen) se retrouvent en mouvement au fil de temps et se concassent pour se retrouver sous forme de paillettes et de points d’or. Cet or peut alors se retrouver bloqué par des pièges naturels (failles, fissures, marmites ou placers).

rivière aurifère avec cascade et chute d'eau

Les chutes d’eau et les cascades ont une action particulière sur l’eau. Une cascade est un affaissement du plancher rocheux formant une forme de marche plus ou moins haute. L’eau la traversant subit donc une chute, mais l’eau a un grand pouvoir d’érosion de par sa viscosité. Une chute d’eau apporte une certaine énergie. Cette énergie potentielle a un impact important sur le fond rocheux qui réceptionne sa chute. Cette énergie de l’eau vers le bas, creuse petit a petit le fond rocheux , formant ainsi un trou s’apparentant à une marmite. On appelle ces trous des cascades, des bassins. Tant que l’énergie de l’eau est suffisamment forte, le trou grossit et s’approfondit. Tant qu’une action mécanique d’érosion s’exerce sur la roche, le dépôt de matériaux est impossible.



Au bout d’un moment, l’érosion du bedrock ne se fait plus. La force de l’eau de par sa chute n’est plus suffisamment importante pour traverser la masse d’eau qui la réceptionne en contre bas et empêche de creuser la roche. Ainsi, un dépôt est alors possible, mais il ne peut pas reboucher entièrement ce trou car, même après plusieurs années, voire des siècles, il y a de grandes chances que la chute d’eau existe toujours. Petit à petit, le trou se remplit donc de matériaux. Le flux d’eau au-dessus du trou favorise la mise en suspension de ces matériaux permettant un tri par densité. Si de l’or circule dans le coin et que les conditions favorables précédemment citées sont réunies, il y a des chances de pouvoir trouver de l’or.

La réalité sur les trous de cascades nous ramène à la raison.

La plupart des bassins de cascades sont très rarement remplis de graviers ou matériaux et ont étonnamment peu d’or. Le mouvement abrasif des roches , qui s’effectue après avoir passé la cascade, broie tout matériau du bassin à l’image d’un pilon. Les matériaux broyés sont expulsés du bassin. Mais qu’en est-il de l’or ?

Pour que l’or se concentre dans ce genre de zone, il doit y avoir un moyen de le protéger du flux de l’eau, de la variation de ce flux entre les périodes d’étiage et de crues et fonte des glaces, et des variations de gravité dues au tumulte de la chute d’eau. On peut penser que sous n’importe quelle cascade, se trouve un bassin qui accumule des matériaux. Hélas, rares sont les chutes d’eau naturelles qui proposent cela.

dessin du dépôt aurifère dans un bassin de cascade

Si vous regardez une cascade à la fin de l’été, lorsque les débits d’eau sont relativement faibles, il peut paraître évident que l’or se dépose facilement en dessous. Les débits d’eau sont relativement lents et il y a probablement un bassin profond avec de l’eau peu tumultueuse.

Cependant, regardez cette même cascade au printemps par une journée chaude, lorsque la neige fond et que l’eau se précipite sur la cascade. Vous verrez probablement qu’il y a une énorme quantité d’énergie qui pourrait facilement pousser l’or vers l’avant. Ce qui semblait être un bassin profond en été pourrait être presque impossible à identifier pendant le pic de flux d’eau au printemps.

La géologie naturelle sous la cascade a beaucoup à voir avec la façon dont l’or se déposera en dessous. Oui, dans certaines situations, l’or tombera et se déposera dans les graviers sous la cascade, mais la plupart du temps, il continuera son voyage en aval, car l’or ne se déplace que lors des crues.

Pour avoir une chance de trouver une bonne concentration d’or dans un bassin de cascade, il faudrait que l’or puisse se déposer lorsque le flux d’eau est faible comme en été. Comme nous venons de le dire juste au-dessus, ce n’est pas le cas. Aussi, vos chances de trouver de bonnes concentrations d’or sous une cascade sont relativement faibles.

Comment prospecter efficacement un chute d’eau ou cascade ?

Si vous avez devant vous une cascade et que le travail de prospection est possible (sans nécessiter de vous mettre en danger), Il faut tout de même vérifier et lever le doute. Ce serait dommage de laisser passer une possibilité de trouver de l’or lorsqu’elle se présente. De plus, n’oubliez pas que si les graviers et matériaux du lit d’une rivière sont en mouvement pendant les crues, les paillettes ont de grandes chances de se faire la malle, mais certaines peuvent se retrouver piégées par des anfractuosités de la roche. Eventuellement, les grains ou les pépites, qui ont une densité et une forme souvent moins favorable, peuvent se laisser emporter par l’eau.

Pour prospecter un bassin de cascade, vous allez pouvoir utiliser une pompe à main. Cependant, si le bassin est très profond, vous serez vite limité. Vous pouvez aussi pratiquer la technique du sniping mais là, attention, cela peut être dangereux du fait de la cascade au-dessus de vous et de la profondeur du bassin. Voici quelques conseils pour bien prospecter une cascade:

rivière aurifère avec cascade et chute d'eau
  • Tout d’abord, commencez à nettoyer la partie du bord aval du trou car c’est l’endroit où l’eau ralentit et l’accumulation de matériaux est la plus favorable.
  • Ensuite, une fois que le bord aval est nettoyé, attaquez les bordures. Les bassins sont souvent assez larges ce qui réduit l’impact de la chute d’eau au niveau des bordures latérales. Ces dernières peuvent également favoriser le dépôt de graviers poussés par le flux principal de la rivière. Les graviers, et l’or qu’ils contiennent, peuvent se déplacer, s’approcher du trou puis y dégringoler à l’intérieur.
  • La bordure aval est souvent peu intéressante car c’est une zone plutôt érosive du fond du flux principal du cours d’eau.
  • Qu’en est-il du bedrock lui-même ? Le bedrock de surface, juste en dessous d’un bassin, est battu assez fort au fil des ans par l’eau et les graviers. Cela signifie souvent que l’or a moins de chances de s’accumuler dans les fissures du substratum rocheux. Pendant les périodes de débit élevé lors des crues, les fissures peuvent être érodées et détruites par l’érosion des roches en mouvement dans l’eau. Si vous voyez que le bedrock, après le bassin de cascade, est lisse, c’est que le l’érosion est importante et que le dépôt y est impossible. Si à l’inverse, le bedrock est saillant avec beaucoup de pièges et de fissures, il est impératif de les explorer. L’or qui se sera échappé du bassin aura davantage de chances de s’y déposer.
  • Dernière zone à explorer : la partie supérieure de la cascade avant que l’eau ne tombe dans le vide. Si le bedrock reste saillant avec plein de fissures, cela reste une bonne opportunité, à condition qu’il n’y ait rien en contre-bas.

D’un point de vue général, un bassin de cascade n’est pas très intéressant, non pas du fait de l’action de l’eau dans le bassin envers les graviers mais plutôt du fait de l’érosion qu’elle exerce sur la surface du bedrock, le rendant ainsi lisse. Si vous devez retenir une chose, c’est que, si le fond ou les abords d’un bassin de cascade est lisse, passez votre chemin. Il peut y avoir une pépite , c’est certain. Seul, celui qui ira le vérifier le saura. Le travail titanesque que cela représente en vaut-il vraiment la chandelle ? Il n’y a que vous qui pourrez en juger, mais pas de panique, vous pourrez toujours vous rebattre sur la partie supérieure de la cascade.