Vigicrue et l’orpaillage : comment bien l’utiliser ?

Vous connaissez Vigicrue ? Quoi ? Vous ne connaissez pas Vigicrue ? Mais à quoi peut-il nous servir ? Eh bien c’est assez simple. Vigicrue est tout simplement votre meilleur ami en orpaillage et votre assurance vie. Nous allons voir ensemble comment bien utiliser cet outil, afin de vous servir à orpailler intelligemment et en toute sécurité. Notez qu’il existe aussi une version mobile sous le nom de Riverapp. C’est aussi un bon outil qui peut vraiment servir pour prospecter une rivière.

L’histoire de vigicrue.

Vigicrue est un indicateur ayant pour but principal la prévision des crues en France.

L’histoire commence il y a plus de 150 ans, quand l’État Français a voulu se préoccuper des prévisions des crues et de l’hydrométrie. Ceci pour des raisons agronomiques et de sécurité publique. C’est sur la Loire en 1856 que tout a commencé suite a de nombreuses inondations de ce fleuve, ainsi qu’après l’inondation de la seine en 1910. À parti de cette date, l’État a pris conscience qu’il fallait suivre l’évolution des cours d’eau et particulièrement les niveaux dits “d’alerte”.

Mais c’est depuis 2006 que le système est entièrement opérationnel avec plus de 21 000 km de cours d’eau suivis jour après jours, heure par heure. À noter que la France compte 270 000 km de cours d’eau. Depuis cette date, les niveaux de risques voient le jour avec un code couleur. Les services d’analyste statistique qui pilotent vigicrue peuvent prévoir l’évolution des niveaux, des débits et arrivent à prévoir des risques de crue bien que cela reste complexe à prédire avec exactitude. Vigicrue ne fait que mesurer les amplitudes et servent à l’analyse.

Le principe de fonctionnement est identique au système anti tsunamis. Un ensemble de balises sont positionnées dans des points stratégiques du cours d’eau. En temps réel, la hauteur de l’eau est mesuré et en fonction du lieu ou les balise est, il en déduit le débit. C’est ainsi qu’une base de donnée recueille toutes ces informations pour les concaténer. Les opérateurs les traduisent ensuite sur une carte que vous connaissez tous ou presque. Les codes de risques sont positionnés par les opérateurs par des calculs statistiques de risque.

Une interface pour la sécurité en orpaillage.

On a tendance à l’oublier mais un milieu naturel est par definition dangereux. Quand on est au bord de l’eau, il faut être prudent car un accident peut arriver très vite. Une crue eclaire, un laché de barrage ou autre accident, il faut faire attention.

Prenez donc l’habitude de visionner votre cours d’eau sur vigicrue pour vérifier les niveaux, les amplitudes et les fréquences des amplitudes de niveaux. Car ce qui est le plus dangereux, c’est la hausse du niveau de l’eau.

Si vous vous trouvez au milieu d’un ilot, et au milieu du lit, il est toujours prudent de savoir ce qu’il risque de se passer.

NB : Sur ce site, ou mobile, vous pouvez regarder le débit et la hauteur d’eau. Sachez que ces 2 facteurs sont parfaitement proportionnels de part la section fixe de la zone considérée. Moi j’utilise uniquement la hauteur d’eau, pas le débit.

Comment rester en sécurité avant de partir ?

NB : Tout le long de cet article nous allons nous servir d’un exemple concret de la rivière Ariège entre le point de Bompas et Foix. ET nous allons imaginer que notre spot est entre ces 2 points. Ceci n’est qu’un exemple arbitraire qui ne prend pas forcément une zone intéressante pour l’orpaillage ni même sa permission.

bompas foix sur ariège orpaillage

Tout d’abord prenez en compte la saison où vous êtes. Si vous êtes en plein été et que le soleil brille depuis longtemps, il y a de grande chance que la variation des hauteurs soient faibles. Mais un lâché d’eau est toujours possible. Il y a donc 2 actions à vérifier :

  • Prendre un point de repère du niveau de l’eau, par rapport à un caillou affleurant l’eau ou un arbre les pieds dans l’eau. Ainsi vous aurez un repère visuel de comment se comporte la rivière en termes de hauteur d’eau. Fixez-vous une limite à partir duquel vous devez absolument quitter les lieux.
  • Quand vous arrivez sur votre spot, vous allez regarder les 2 points de référence sur Riverapp. Vous allez alors vérifier sur le point amont si un lâché est prévu ou entrain de se faire. En fonction de l’heure vous allez pouvoir prédire si un risque est imminent et savoir quand.

Calculer les délais d’une monté d’eau avec Vigicrue.

On va maintenant tenter de calculer le temps entre une variation de hauteur d’eau entre le point le plus en amont et notre position. Pour cela il va falloir estimer notre position entre ces 2 points. Arbitrairement nous allons dire que nous sommes pile entre les 2.

Regardons maintenant les courbes de nos 2 points de mesures.

point vigicrue a bompas
Bompas
vigiecrue sur le point de foix
Foix

Une montée d’eau est arrivé en la journée du 19 aout 2019 en Ariège. 4 heures plus tard à 3h00 le 20, le niveau de l’eau commence à monter à Bompas. On a donc déjà une première indication. Il faut 4h pour que des précipitations commencent à impacter le niveau à Bonpas. Le début de la parabole commence donc le 20/09 à 3h00.

On va maintenant faire la même chose pour Foix. On remarque que la parabole commence le 20/09 à 8h.

Malgré la présence possible de barrage, l’impact sera toujours là. Il faut 4 heures pour que le niveau d’eau s’enclenche entre ces 2 points. Donc si je me trouve au milieu, on a environ 2h pour qu’un impacte de niveau d’eau touche le spot (c’est une estimation).

Ainsi, quand j’arrive sur le spot, j’ouvre riverapp et je regarde le point de Bompars. S’il n’y a pas de levé d’eau, je sais que j’ai au moins 2 heures d’orpaillage tranquille Je peux aussi vérifier régulièrement pour contrôler tout changement et prévoir mon départ. Ainsi je maitrise le risque et la prise de danger inutile.

Vigicrue, parfait pour savoir quand orpailler.

Ce système sert avant tout à vérifier si le débit de l’eau n’est pas un risque pour vous. Mais Vigicrue peut aussi vous servir à quel moment vous pouvez aller orpailler a cet endroit. Quoi de plus frustrant d’aller faire des kilomètres pour finalement se rendre compte sur place que le niveau est trop haut ! Je vais vous donner une de mes technique qui me sert beaucoup.

Savoir la hauteur maximale pour pouvoir orpailler.

Au début vous avez pas le choix. Quand vous ne connaissez pas ou mal le spot, vous devez vous rendre sur place. Prenez toujours l’habitude de prendre 1 des points de référence de mesure. Utilisez de préférence le pont le plus en amont ou celui en aval s’il est vraiment très proche.

Si les conditions sont bonnes en accessibilité et en intérêt pour vous, relevé la hauteur d’eau. De toute façon au début, il faut tâtonner. Puis en revenant régulièrement, surtout en fin de printemps (fonte des neiges + précipitations), vous allez forcément avoir des conditions ou le spot n’est plus ou peu accessible. Si cela arrive prenez à nouveau la hauteur d’eau.

Un exemple concret sur Bompas.

Imaginons que votre spot est exploitable qu’en dessous de 1.25 m d’eau. Au-dessus de cette limite, le spot n’est pas praticable. Rappelez-vous aussi ce qu’on s’est dit au début, le spot se trouve à mi-distance entre Bompas et Foix.

NB : la hauteur d’eau est forcément différente entre Bompas et Foix. C’est normal, ce sont 2 endroits différents. Ce qui nous intéresse c’est la forme de la bosse et le temps. Voilà pourquoi il est important de se focaliser sur un seul point et donc une seule hauteur limite. Pour s’économiser la tête avec des chiffres.

limite d'orpaillage vigicrue bompas

Si je regarde ma courbe je sais que sur Bompas, l’eau dépasse ma limite de hauteur le 20/09 après 8h jusqu’au 21/09 vers 5h du matin.

On est le 20/09, 6h du matin et je veux orpailler, j’y vais ou pas ?

Oui mais voilà, sur mon appli, moi je ne vois que ce sui est à gauche de la ligne violette horizontale.

limite d'orpaillage vigicrue bompas

Il est donc 6h du mat, j’ai une heure de route. Sauf que je sais qu’il faut environ 2 heures que le niveau de Bompas impacte mon spot. Donc (5 + 2) à 7h, mon spot sera réellement exploitable. Parfait, bon timing, je peux me préparer pour partir.

C’est ainsi que je peux savoir si je peux orpailler ou pas. Cet exemple est facile. Pensez aussi que vous n’avez pas toute la courbe. Il est également possible de regarder la pente de baisse du niveau pour prédire vers quelle heure le spot sera au mieux pour vous.

Conclusion.

Oui ! Vigicrue est un outil de prévention des risques mais c’est aussi un outil, pour nous, pour savoir quel spot est exploitable. Si vous en avez plusieurs, faite ce travail pour chacun d’eux.

Attention, certain endroit ne peuvent pas appliquer ce genre de méthode. Souvent dans des zones ou les barrages électriques sont nombreux. Les lâchés d’eau peuvent être très fréquent. À vous de vous adapter.

Prêter attention à l’évolution du courant pour également vous aider à prévoir comment bien positionner votre rampe, si peu de temps plus tard vous savez que le cours d’eau va baisser ou augmenter de niveau.

fr Français
X
error: