Un stage d’initiation est-il nécessaire en orpaillage ?

Régulièrement, nous recevons des emails pour nous demander si nous faisons des stages d’orpaillage (ce qui n’est pas le cas). De plus en plus de gens s’intéressent à l’orpaillage et demandent où faire des stages d’orpaillage. Personnellement, j’ai appris en autodidacte. J’ai assisté à 2 stages d’orpaillage après avoir appris les bases seules, juste pour voir si j’avais des lacunes. Je peux en conclure qu’il est tout à fait possible d’apprendre l’orpaillage seul. J’irai même plus loin en disant que tous les stages se valent et ne font qu’aborder l’orpaillage de façon très superficielle .

Après tout, pourquoi payer un stage entre 30 et 80 euros (oui oui, je sais …) alors que vous pouvez réaliser vous-même un apprentissage identique sans l’aide d’un tuteur de stage d’orpaillage. Nous allons vous expliquer la méthodologie que nous avons appliquée pour apprendre l’orpaillage. En effet, il y a une façon de procéder et nous allons la partager avec vous.

Stage d’orpaillage ou apprendre soi-même ?

Pour les gens qui découvrent l’orpaillage, beaucoup pensent qu’apprendre en faisant un stage est la meilleure solution. Si vous êtes en vacances et que vous avez l’occasion de participer à ce genre de stage, cela peut être une bonne opportunité. Par contre, si vous vivez dans un département connu comme aurifère, je me poserais 2 fois la question avant de me lancer dans un stage. Vous avez tout votre temps pour pouvoir apprendre seul de façon régulière.

Les gens ne s’imaginent pas capable d’apprendre seul. De plus, c’est rassurant d’avoir quelqu’un à côté pour poser toutes les questions. Pour en avoir fait plusieurs, bien après avoir commencé l’orpaillage, tous les stages se ressemblent et s’inscrivent dans une forme de simplicité afin qu’ils puissent être reproduits aisément.

apprentissage de l'utilisation du pan pendant un stage

Pourtant, entre les réseaux sociaux, YouTube, et les sites internet, vous avez tout ce dont vous avez besoin pour apprendre seul, mais cela est surtout une question de confiance en soi. Avez-vous la patience et la capacité d’essayer, de vous lancer et d’échouer, pour recommencer ? Une seule devise : essayer, se lancer, persévérer, échouer et recommencer. Il sera bon de continuer à l’appliquer même après 10 ans d’orpaillage.



Il est donc tout à fait possible d’apprendre seul sans faire de stage. C’est plus économique et ça vous forge le caractère, si tant est qu’on ait un peu de patience. Si vous ne l’avez pas dés le départ, vous ne l’aurez jamais et l’orpaillage sera juste une “bonne expérience” pendant vos vacances.

Attention, je ne dis pas qu’un stage d’orpaillage est inutile. Je dis juste qu’il est largement possible de s’en passer. Si, malgré tout, vous décidez de participer à un stage, nous allons essayer de vous guider dans ce choix.

Comment choisir son stage pour s’initier à l’orpaillage.

Il est évident qu’apprendre par soi-même peut faire peur. De plus, si l’orpaillage est pour vous une occasion de l’instant, une découverte, voire une curiosité pendant vos vacances, un stage peut vous permettre de toucher de près aux sensations de la recherche d’or. Cependant, il faut bien le choisir, de même que le formateur. De plus, la structure qui propose un stage d’initiation rémunéré est un professionnel qui utilise le milieu naturel comme cadre. Aussi, ce dernier est contraint par des obligations strictes pour être en accord avec l’administration. Cette activité ne peut pas se faire sur un coup de tête.

Privilégiez des structures professionnelles ou des associations. Il faut savoir que de plus en plus de départements ne voient pas ces stages d’un bon œil lorsqu’ils sont à but lucratif. Les préfectures de l’Ariège et de la Haute-Garonne ont préféré que ce soit des associations qui fassent ce travail d’initiation. En effet, derrière un stage, il y a normalement beaucoup de pédagogie et surtout de sensibilisation sur le respect de la biodiversité, ce qui n’est pas forcément le cas pour tous les stages d’orpaillage, qui privilégient souvent le nombre de participants et la quantité d’or trouvée, plutôt que la qualité de l’enseignement.

phase de prospection pendant un stage d'orpaillage

Voici les points que nous vous conseillons de vérifier lorsque vous choisirez votre stage :

  • Le stage et l’animateur doit être en règle avec la réglementation; Même dans une propriété privée, l’animateur doit faire une demande d’autorisation pour proposer un stage auprès de la DDT.
  • Tous les participants doivent également avoir leur demande d’autorisation préfectorale pour pratiquer l’orpaillage. Généralement, elle est faite lors de l’inscription par le staff qui organise le stage.
  • Demandez bien si vous êtes assuré en cas d’accident corporel (pour vous ou pour autrui). En effet, les blessures et accidents peuvent vite arriver. L’orpaillage est un travail minier.

Si l’un de ces 3 points n’est pas assuré, je vous conseille de vous abstenir et d’aller voir ailleurs.

Votre stage doit toujours se terminer par une remise en état de la zone. C’est à la fois une obligation règlementaire et un gage de bon enseignement des bonnes pratiques de la part du tuteur.

Notez également que certaines structures propose des démonstrations d’orpaillage. Ce n’est pas un stage actif mais plus une présentation de la pratique par un animateur. Les participants ne font que regarder. Dans ce cas précis, nul besoin que les stagiaires aient une autorisation car ils ne sont que spectateur. Seul l’animateur doit avoir son autorisation.

Nous pouvons vous conseiller la plateforme d’initiation à l’orpaillage du site chercheur-or.com tenu par la famille Mandrick, une famille légendaire et connu dans le monde de l’orpaillage en France dont la formation est vraiment de qualité.

Plus les stages sont difficiles, plus ils sont formateurs.

Attention également à un détail assez important: Les stages d’orpaillage sont souvent réalisés dans des lieux très riche en or. Il faut bien que le client en ait pour son argent !. J’ai eu l’occasion de participer une fois en 2019, à Orpailleland, un événement d’initiation d’orpaillage dont j’étais invité comme animateur d’initiation, qui a eu lieu pendant un week-end en Ardèche. Je ne connaissais pas le premier spot du samedi, mais je savais qu’il y avait un peu d’or (par réputation de la zone).

Il y avait beaucoup de novices venus là pour apprendre. Ce premier jour a été très compliqué pour nous, car il n’y avait vraiment pas beaucoup d’or. Si on faisait une paillette par pan, il fallait s’estimer heureux. Personnellement, j’étais assez catastrophé de voir ces gens qui avaient payé pour ça. Naturellement, au fil de la journée, les gens ayant appris à manier le pan au bout de quelques heures se sont mis à chercher, à creuser, à s’entraider pour des miettes.

A la fin de cette première journée, ils étaient assez contents d’avoir vu de l’or, même si ce fut quelques points et paillettes. De mon côté, j’étais très déçu, mais j’ai gardé mon ressenti pour moi. Une première journée très difficile qui demandait à creuser en profondeur, à plus de 1 mètre sous le niveau de l’eau pour voir une belle paillette, une zone difficile d’accès pour une initiation et un soleil écrasant.

stage d'orpaillage sur l'Ardèche

Le lendemain, on nous a amenés sur un second spot avec le même groupe de 50 personnes. Cadre magnifique et un soleil à faire fondre l’or en lingot. Autre rivière, autre montagne, mais les gens avaient toujours autant la banane. C’est la magie de la découverte de ce loisir, quand le premier jour est pauvre en or, pour un novice, ça reste une bonne journée. Ce second jour fut tout autre chose. Des dizaines de paillettes par pan, des placers plus accessibles et les gens qui avaient appris l’orpaillage,

la veille, dans la galère d’un placer de boulders, avec un or inaccessible, ont enfin pu prendre du plaisir. En tout cas , le plaisir auquel on doit s’attendre dans un stage d’initiation. Les gens étaient encore plus émerveillés et sont devenus autonomes, grâce à une journée d’initiation difficile, le jour précédent. Ils ont appris la patience et la persévérance. Ils ont compris que l’or peut être plus concentré en aval plutôt qu’en amont. Ils ont intégré qu’en orpaillage, on n’a rien sans rien. Tous sont repartis en ayant pris conscience qu’en orpaillage, on ne gagne pas à tous les coups et que si ça ne marche pas ici, ça marchera ailleurs. Ils ont pu apprendre des choses très importantes ce week-end-là, pas forcément à récolter beaucoup d’or, mais a avoir la foi en eux et être persévérants. Un “état d’esprit” en acier pour la suite.

Trop souvent, les stages d’orpaillage se déroulent dans des bacs à sables remplis d’or. C’est appréciable pour le client qui veut découvrir l’orpaillage et trouver de l’or sans trop d’efforts, mais la réalité du terrain n’est pas comme cela. Lorsque le stagiaire se retrouvera seul, au bord de sa rivière, il aura certainement les bases, mais il risque de se heurter à une réalité bien amère et peut-être abandonner. La question que doivent se poser les professionnels c’est “faut-il leur montrer que l’or se trouve aussi facilement que dans leur stage ou faut-il les préparer mentalement à une réalité nuancée de l’orpaillage ?”.

Un stage d’initiation est un moyen de découvrir l’orpaillage, mais si vous avez la chance d’avoir facilement accès à une rivière intéressante, la question peut se poser sur la réelle utilité de payer un stage. Un stage reste un apprentissage plutôt court , qui peut durer de quelques heures à une journée, mais ce ne sera que le début du chemin pour être parfaitement autonome. Quoi qu’il en soit, si vous décidez de poursuivre le chemin de ce loisir, il faudra poursuivre votre apprentissage de votre côté et souvent seul.

Nous allons voir maintenant qu’il est tout à fait possible d’apprendre seul. Voici comment.

4 étapes pour apprendre l’orpaillage soi-même sans passer par un stage d’orpaillage.

Pour apprendre l’orpaillage par ses propres moyens, il va falloir être à la fois méthodique et patient, surtout ne pas brûler les étapes. Si vous allez trop vite, vous allez perdre votre temps. Au fur et à mesure de votre apprentissage, il faudra faire preuve de sens critique, analyser et comprendre ce que vous allez voir, l’appliquer et vous corriger. Il faudra être attentif à votre progression et ne pas hésiter à vous interroger sur tout. Rappelez-vous que la vocation première du chercheur d’or est de chercher. Donc, pour trouver de l’or, il va falloir le chercher.

Le but de ces étapes et de vous apprendre à être autonome, mais aussi de vous forger un mental qui vous permettra de ne pas abandonner ce loisir à la première difficulté. D’ailleurs, nous avons fait un sondage en interne parmi nos membres. Il s’est avéré que 64% des gens ont abandonné l’orpaillage, alors qu’ils ont été initiés dans des stages d’orpaillage contre 12% pour ceux qui ont appris seuls (sans binôme). Ces chiffres sont un simple constat; ils ne sauraient prouver un quelconque lien de cause à effet.

stage d'orpaillage en groupe sur l'Ardèche

Se préparer mentalement.

Apprendre seul peut être une nécessité, mais ça reste avant tout un choix. Dans mon cas, ça a été un choix car je ne connaissais personne qui pratiquait l’orpaillage autour de moi, et je me sentais capable d’apprendre seul. Toutefois, lorsqu’on débute l’orpaillage, ce n’est pas si facile. D’un côté on a des vidéos et des images de gens qui réussissent, et de l’autre il y a nous et notre pan. Et débrouille toi avec ça !

Pourtant cette situation a été pour moi salvatrice. Il a fallu que je me débrouille seul pour apprendre, à mon rythme. De plus, il faut savoir que les “petits secrets et astuces des orpailleurs” sont souvent bien gardés. Il faut les apprendre et les découvrir seul, et là, il n’y a pas 36 solutions, il faut se lancer et apprendre de ses erreurs.

C’est la leçon la plus importante que vous devez retenir. Si vous voulez vous en sortir et vous épanouir en orpaillage, c’est vous et vous seul qui allez pouvoir le faire. Combien de posts je peux voir sur les réseaux sociaux, des nouveaux orpailleurs qui débarquent à peine et qui demandent où sont les bons coins d’orpaillage , quels sont les endroits. Évidemment, ces posts ne voient que très rarement des réponses. Si vous souhaitez commencer l’orpaillage en posant cette question, vous avez déjà mal commencé votre apprentissage ; L’or se cherche et si vous ne le cherchez pas, vous ne le trouverez pas. Ça ne vous tombera pas tout cuit au fond du pan.

Pour apprendre les gestes et les techniques de prospection, c’est exactement pareil. Même avec un stage d’initiation dans lequel on vous montrera les bases, une fois seul de votre côté, vous ne pourrez compter que sur vous-même et vos capacités à lire et comprendre les dépôts de l’or.

S’aider des sources d’informations.

Depuis ces dernières années, les informations de la carte aurifère de la France se veut plus précise. Ceci s’explique aussi par le nombre de pratiquants, plus important que par la passé et la magie de web. Aujourd’hui, il est beaucoup plus simple de trouver les informations nécessaires pour apprendre et comprendre les techniques et astuces de l’orpaillage.

lieux idéal pour faire un stage d'orpaillage

Les réseaux sociaux sont une première source d’information mais attention tout de même. Si vous avez une question précise, vérifiez l’information en recoupant les réponses.

Pour chercher les informations, vous pouvez déjà commencer par notre site mais il y en a d’autres qui complètent nos informations. Essayez aussi vite que possible de vous sensibiliser à la géologie. C’est une matière très importante qui vous aidera à mieux comprendre certains phénomènes. J’ai personnellement refusé de le faire et aujourd’hui je m’en mords les doigts. Je me retrouve contraint de me plonger dans les bouquins de la bibliothèque de ma ville pour compléter mes connaissances.

Apprenez à lire le terrain et familiarisez-vous avec les cartes géologiques. Ce conseil va de pair avec l’aspect géologique de l’orpaillage.

La première information que vous devez vite avoir, c’est connaître un cours d’eau potentiellement aurifère, si possible assez proche de chez vous. Une fois cela vérifié, faites votre demande d’autorisation.

Ensuite achetez votre matériel. Inutile d’acheter beaucoup de matériel. Prenez uniquement un matériel de base : soit un kit d’orpaillage , soit un pan américain, pelle, pompe à main, pissette d’aspiration et fiole à paillettes. Rien de plus. Pour moins de 60 euros vous avez tout ce qu’il vous faut.

Apprendre l’utilisation d’un pan américain et se lancer à prospecter.

Je n’ai pas honte de dire que j’ai appris l’orpaillage par mimétisme. Lors de ma première année d’orpaillage, j’ai appris l’orpaillage grâce à YouTube. En 2013, je n’avais pas trop le choix, je n’avais que des vidéos américaines et sans sous-titres. Honnêtement, cela ne m’a pas posé trop de problèmes. J’ai juste reproduit les gestes, et ça marche; ce sont des gestes universels.

Il y a 2 choses à apprendre en priorité lorsque l’on commence en orpaillage.

  • Utiliser un pan américain et
  • Savoir prospecter et chercher l’or.

Hélas, lorsqu’on commence, on se retrouve dans le même dilemme que celui de savoir qui de la poule ou l’œuf est venu en premier. Comment trouver de l’or si on ne sait pas utiliser un pan ? Comment utiliser un pan si on ne sait pas s’il y a de l’or ?

prospection au pan américain pendant le stage d'initiation à l'orpaillage

Il faut donc prendre les choses séparément et 2 solutions sont possibles:

  • Apprendre à utiliser un pan en premier lieu sans or. Oui c’est possible!: Une grande bassine d’eau, un pan, et des plombs de pêche. Si vous arrivez à isoler les plombs de pêche, vous arriverez à isoler l’or.
  • Apprendre à utiliser un pan sur un cours d’eau , pour lequel vous savez par vos recherches que l’or y est présent en quantité suffisante.

Quoi que vous choisissiez, rappelez-vous ce que vous avez appris et faites pareil. Regardez comment les orpailleurs débourbent et faites la même chose. S’ils font 4 rinçages, faites 4 rinçages avant de recommencer. Finalement ce n’est pas plus compliqué que ça. Il m’est même arrivé de regarder une vidéo plusieurs fois, étape par étape, et la reproduire en direct, au bord de l’eau.

Personnellement j’ai opté pour la seconde possibilité sur un cours d’eau qui avait 0.5 paillettes par pan. C’est peu mais je savais qu’il y en avait. La répétition et la persévérance permet d’apprendre plus vite et de forger le caractère. Même pour trouver 1 paillette tous les 2 pans, ou 4 paillettes en un coup et 7 pans sans rien.

Appliquer ce que vous avez appris sur le terrain et commencez à prospecter.

Une fois les bases acquises, elles continueront de s’affiner avec le temps. Il faut alors élargir ses horizons, voir de nouveau terrains, bien comprendre les principes de bases des dépôts aurifères et apprendre à lire l’âme d’une rivière. Il faut surtout prendre son temps pour prospecter méthodiquement et partout pour forger son expérience, ce qui pourra vous servir plus tard sur d’autres configurations.

Vous allez vous rendre compte progressivement que certaines dispositions et configurations fonctionnent bien à un endroit, et plus du tout ailleurs. Parfois certains dépôts se trouvent dans des lieux improbables et s’écartent complètement de ce qu’on apprend dans des schémas standards de dépôts de l’or. Il m’arrive encore aujourd’hui de tester des choses qui sont théoriquement défavorables, juste pour confirmer ce fait, avec quelquefois de belles surprises. Ne restez donc pas fermés!

Plus vous testerez, plus vous progresserez. Il n’y a pas de mystère. Ce n’est pas en 5 heures de stage d’initiation que vous en saurez plus. Plus vous passerez du temps au bord de l’eau, plus vous gagnerez en confiance. Si vous ne trouvez rien, et seulement si vous avez cherché partout, alors changez d’endroit. Parfois, il suffit d’aller 20 mètres plus loin pour se retrouver avec 10 fois plus d’or. Parfois, il faut aller encore plus loin. Une chose est certaine, si vous n’allez pas le vérifier, vous ne le saurez jamais, car l’or ne tombe pas du ciel. Ça se saurait!

Le mot de la fin.

En fonction de cette expérience, vous allez pouvoir utiliser du nouveau matériel comme une rampe d’orpaillage. C’est en grande partie grâce à cette expérience que vous allez pouvoir déterminer quel type de rampe de lavage choisir, avec quel système de pièges. Vous allez, peut-être aussi vouloir tester de nouvelles méthodes de prospection comme le sniping. Là encore c’est une autre vision de l’orpaillage qui complètera votre expérience et votre vision de l’orpaillage. Ne restez pas fermé sur des préjugés. Il faut essayer et tester.

partage de travail dans une stage d'orpaillage

Parfois, apprendre l’orpaillage à deux est une bonne chose. Il peut être opportun de choisir un partenaire ayant une expérience supérieure à la vôtre. Si l’entente est bonne, ça peut très bien se passer. En fait, le seul qui en tirera un avantage, c’est vous. C’est vous qui allez apprendre, contrairement à votre partenaire “formateur”. Il faudra donc ensuite arriver à vous détacher de lui et prendre votre envol, votre autonomie, pour ne pas détruire votre amitié. Choisir un partenaire du même niveau peut paraître plus pertinent sur le long terme.

C’est une bonne façon de s’initier et d’apprendre l’orpaillage ensemble pour partager vos progrès et vos échecs tout en vous motivant réciproquement. Être deux dans la même galère est généralement plus simple à gérer que d’être seul, mais attention, l’orpaillage et l’or peuvent rendre bête ! Choisissez donc bien vos partenaires. Dans ce milieu, les amitiés se font et se défont très rapidement.