Comment utiliser un pan américain en orpaillage ?

Comme nous l’avons déjà expliqué dans une de nos pages du site, l’outil indispensable pour faire de l’orpaillage est une bâtée. Dans cette page, nous allons uniquement parler du pan américain. Pourquoi un pan américain et pas le reste ? Tout simplement car le pan est la bâtée la plus utilisée dans le monde et surtout le plus facile à apprendre.

L’apprentissage de cet outil est indispensable pour commencer à orpailler. Sans cet apprentissage, vous ne pourrez jamais trouver de l’or en rivière. C’est pourquoi, les gestes doivent être parfaitement acquis dès le début, cela même avant l’apprentissage de la prospection ou de l’utilisation d’une rampe de lavage. Un pan américain est conçu de telle manière que ses pièges répondent à tous les facteurs qui permettent le dépôt de l’or.

L’histoire du pan américain.

Le pan américain est né au milieu du 19e siècle en Californie pendant la ruée vers l’or sur les rocheuses, au-dessus de San Franscisco sur le California trial et le Gila river. Près de 300 000 personnes ont participé à cette ruée vers l’or. Ils portèrent le nom de forthy-niner en référence à l’année 1849, qui fut l’année où la migration des pionniers fut la plus forte.

Ces pionniers venaient des 4 coins du pays. Ils étaient majoritairement des fermiers. Ensuite, les grosses entreprises d’ingénierie ont commencé à mettre au point les premières machines d’extraction industrielle. Ces dernières connurent un fiasco complet, coulant les unes après les autres.

dessin des pionniers americain sur le california river

Les migrants ayant le mieux réussi ont été les premiers arrivés, devenant les nouveaux riches de l’état et futurs négociants d’or. Très vite, la ruée vers l’or a apporté plus de pionniers qu’il y avait d’or. Ces pionniers venaient souvent de très loin avec très peu de matériel sur eux, juste de quoi vivre. Rapidement, un marché parallèle s’est organisé dans ces zones aurifères, mais leur isolement a débouché sur le marché noir. Or, qui dit marché noir , dit hausse des prix du moindre matériel de survie. En plus de la précarité, chacun avait aussi de quoi se défendre (2nd amendement de la constitution américaine).

L’enfer doré donna naissance au pan américain.

L’un des moyens le plus simple qu’avait un 49e, c était d’utiliser sa poêle à cuire. Le manche n’était souvent tenu que par un seul rivet. Une fois le rivet desserti, on se retrouvait avec un joli pan métallique à bord lisse.

pan metallique estwing semblable au pan des pionniers americains

Ce pan ainsi nommé (“poêle” en français), a traversé le temps . On le retrouve aujourd’hui dans sa forme d’origine, avec cependant quelques petites améliorations, comme des riffles et un coût moindre si on utilise du plastique.

Pourquoi utiliser un pan plutôt qu’un autre type de bâtée ?

Aujourd’hui, en France, mais également dans le monde, le pan américain est grandement utilisé. D’après un sondage réalisé en France, 97 % des orpailleurs utilisent un pan américain, à l’inverse des autres types de bâtée, par exemple la batéa (chapeau chinois).

Deux raisons à cela, et non des moindres:

  • Le prix.
  • La facilité d’apprentissage.

Le prix d’un pan américain.

Dire qu’on trouve un pan à “tous les prix” est une utopie. En France, un pan coûte entre 9 et 25 euros, mais comme je dis toujours, “un pan est un pan“. Entendez par là que d’un modèle à un autre, peu de choses changent.

Bien sur, vous allez pouvoir choisir la couleur. Préférez la couleur bleue ou verte pour un usage classique en rivière, noir pour trier le sable noir et le concentré des rampes de lavage. Coté taille, cela est fonction de votre utilisation et de l’ergonomie. Personnellement, j’aime bien ceux en 14 pouces, mais on trouve plus communément du 15 pouces. Pour des enfants, le 12 pouces sera le plus adapté. Plus grand que 15 pouces n’est pas vraiment utile.

Le matériau le plus utilisé pour un pan américain est le plastique, plus précisément le plastique PPE. Un moule et une machine à injection plastique et voici une production de grande capacité, afin de garantir des prix très bas, contrairement au métal embouti par exemple.

La facilité d’apprentissage.

Tout d’abord, soyons clair sur une chose, apprendre à utiliser un pan américain est vraiment facile. Personnellement, j’ai appris par simple mimétisme avec des vidéos YouTube, mais surtout en allant au bord de l’eau et en expérimentant par moi-même. Encore aujourd’hui, il m’arrive de tester des choses que je vois ou que je réfléchis pour améliorer ma technique. Donc, utiliser un pan américain n’est vraiment pas compliqué. De plus, votre technique s’affinera d’année en année.

Alors oui ! il existe pas mal de pans d’orpaillage ou batées différents et nous l’avons déjà abordé dans un autre article, mais finalement leur utilisation est très simple, beaucoup plus simple qu’une Batéa (chapeau chinois) par exemple.

Les différentes étapes pour utiliser un pan américain.

Je vais tenter de vous donner toutes les étapes pour utiliser au mieux un pan américain. Pour chaque étape, je décrirai les mouvements et surtout leurs effets sur les paillettes d’or et les alluvions aurifères. Je pars du principe que lorsqu’on ne comprend pas ce que l’on fait, on ne peut jamais s’améliorer. Dans ce tuto, on va partir sur du gravier non tamisé comme lors d’une prospection. Chaque fois, je vous donnerai mes conseils. Libre à vous de les suivre.

Étape 1 : le chargement de graviers.

Difficile de savoir quelle quantité maximum de graviers à mettre dans un pan. Trop peu et vous aurez l’impression de perdre du temps, trop rempli et vous allez être mal à l’aise avec votre pan, surtout lorsqu’il sera rempli d’eau par la suite. Le bon dosage est de remplir votre pan à 1/4 de hauteur. Ce volume semble être un bon compromis entre quantité et liberté de mouvements.

remplissons notre pas pour orpailler

Si vous mettez du gravier tamisé, il est très intéressant de mettre volontairement 3 – 4 petits galets afin de mieux mélanger les sables et briser l’argile.

Étape 2 : le débourbage.

L’orpaillage en France se fait toujours en présence d’eau. La première étape consiste à remplir son pan d’eau comprenant les graviers et les nettoyer.

toujours mettre de l'eau dans son pan americain

Avant de commencer à faire du “Panning”, on pose son pan à plat, rempli d’eau; on pose sa main en forme de griffes avec ses doigts dans le gravier immergé. Ensuite, on remue les graviers avec notre “grattoir manuel” en faisant des mouvements circulaires. Ce mouvement est lent et 3 – 4 tours de casserole suffisent.

grasser à la main les graviers dans son pan

NB : l’or est 5 fois plus dense (lourd pour simplifier) que les sédiments. Donc l’or est “très” lourd.

Ce geste permet de briser la tension des sables et graviers dans l’eau. Ceci permet de donner toutes les chances à l’or de descendre au fond du pan américain dès les premières secousses.

Maintenant nous pouvons pratiquer le débourbage proprement dit.

debourbage avec un pan americain en orpaillage

Le débourbage consiste à secouer vigoureusement son pan de gauche à droite afin de bien faire descendre l’or au fond. Il ne faut pas hésiter à secouer fort, et que l’eau éclabousse partout. Cette action est très efficace, notamment s’il y a des galets assez gros en présence. Cela favorisera le nettoyage des aspérités de chaque pierre. Les argiles, s’il y en a, se briseront plus facilement, libérant leur”précieux”.

Étape 3 : le lavage avec les gros riffles.

Vous l’aurez remarqué certainement, sur votre pan, vous avez au moins une partie lisse et une partie avec des tasseaux. Ces tasseaux sont appelés des “riffles”. Souvent, vous aurez également 2 types de riffles. Des gros et des petits.

image du site goldline orpaillage france

Le positionnement du pan et de l’or.

Pour commencer, nous allons utiliser les gros riffles. Positionnez les riffles face à vous (en haut), ou à midi par rapport à une horloge.

pan americain pret à etre nettoyé

Vous remarquez qu’il y a toujours de l’eau dans le pan. L’eau est omniprésente tout au long du processus. Vous allez continuer à secouer, mais un peu moins fort. Vous allez faire en sorte de pencher votre pan vers l’avant (10 degrés environ) , de telle sorte que le point le plus bas soit le bord de fond au pied des riffles, comme sur la photo ci-dessus.

Secouez littéralement sans forcément faire d’éclaboussure avec l’eau. En faisant ce mouvement, l’or se dépose au point le plus bas au pied des gros riffles. Les sédiments et roches de plus faible densité remontent vers la surface. Vous remarquerez comment les graviers venant du fond (légers) remontent à la surface.

Ce mouvement et cette position de pan permet de créer une graduation de densité dans votre pan. Au fond se trouve le lourd avec l’or et plus vous remontez, plus les graviers sont légers. Notez également que les gros cailloux se trouvent souvent en surface, ce qui est tout à fait normal, car les cailloux, même gros, idem pour le quartz, peuvent être légers en densité.

Le mouvement de nettoyage.

Maintenant, on penche encore plus le pan américain vers l’avant pour que la partie des gros riffles soit au minimum à l’horizontale voire en pente descendante (quelques degrés négatifs).

pan americain pret à etre nettoyé

Le principe de nettoyage consiste à plonger le pan dans l’eau jusqu’à ce que les graviers soient entièrement sous l’eau. Puis, il faut donner une légère impulsion vers l’avant pour enfin relever le pan hors de l’eau.

on vide les graviers de son pan

Il faut imaginer que votre pan est une rame. Il faut dessiner un cercle vertical avec son pan, en plongeant le pan dans l’eau et en poussant l’eau et les graviers vers l’avant. Le fait de remonter le pan en fin de course hors de l’eau pousse les graviers au-dessus à s’évacuer. Faites 4 cycles comme cela.

Regroupement des graviers dans le pan et rebelote.

Une fois les 4 poussées de graviers effectuées, on recentre l’ensemble restant au bas des riffles, en continuant à secouer de droite à gauche.

recentrage des graviers

Puis, on repart sur un nouveau cycle en secouant comme au début de l’étape 3. On penche le pan pour que le bord intérieur (coté riffles) soit au plus bas et on secoue.

second nettoyage au pan americain

On répète ainsi l’étape 3 pour éliminer petit a petit les graviers légers qui remontent à la surface. Donc, plus vous ferez de cycles à cette étape 3, moins vous aurez de graviers et plus vous concentrerez l’or au fond de votre casserole à or.

NB : pensez également à ajouter de l’eau (comme au début) si l’eau vient à manquer.

nettoyage graviers au pan

Etape 4 : nettoyage avec les petits riffles.

NB : cette étape peut être facultative car certains pans américains n’ont que des gros riffles et une large partie lisse sur les bords. Si c’est le cas, utilisez la partie lisse mais en restant très minutieux.

En répétant les cycles, vous remarquerez que petit à petit, la quantité de graviers se réduit. On dit que l’on “concentre l’or”. Au bout d’un moment, les cailloux sont complètement disparus et il ne reste plus que du sable qui commence à devenir noir, et bien sûr, votre or. Maintenant, les gros riffles sont trop gros. Il faut donc utiliser les petits riffles.

Le changement de riffles.

IL va donc falloir mettre les petits riffles devant vous. Pour éviter de remélanger l’or, la technique est de faire tourner le pan entre vos mains. Pour cela, vous allez secouer votre pan et tourner votre pan pour que les petits riffles se retrouvent devant vous.

Dans cette vidéo (oui je sais c’est moi), c’est le parfait exemple a ne pas faire. Ne pas passer d’un riffle à l’autre en faisant un arrêt des secousses, mais je vous rassure, rien n’est grave. Ça fait juste perdre quelques secondes pour repositionner les paillettes au plus bas du pan.

Le nettoyage avec les petits riffles.

Pour la suite, c’est sur le même principe. Il faut continuer à nettoyer les graviers et concentrer l’or. Attention , car maintenant il faut commencer à regarder et repérer les premières paillettes ou petites pépites.

nettoyage petites riffles des graviers

Ne pas hésiter à bien prendre son temps car le plus gros risque de perte de l’or est ici. En effet, à ce stade, les graviers sont les plus lourds. La différence de densité entre l’or et les graviers est très faible et le risque de voir une paillette s’échapper est là, surtout une aile de mouche.

nettoyage petites riffles des graviers

Si vous apercevez une paillette, c’est que cette étape est terminée.

nettoyage petites riffles des graviers

Maintenant, nous allons utiliser notre pan afin d’isoler les paillettes. Cette prochaine étape demande un petit coup de main et un certain rythme. Nous allons voir ça ensemble.

Etape 5 : Séparation des paillettes.

Nous attaquons maintenant une des parties les plus délicates, mais pour cette étape, vous ne risquez plus de perdre de paillettes. C’est l’ étape la plus intéressante, mais elle est technique et difficile:

  • Technique car il va falloir avoir une bonne synchronisation des gestes.
  • Difficile car la densité des matériaux est maintenant très proche et, isoler les paillettes peut être plus difficile.

Cependant, en cas d’erreur, aucun risque de perte. Il faudra juste recommencer cette étape.

Le positionnement du pan américain.

Pour cette dernière étape, nous allons nous servir du fond plat du pan. On remplie le pan d’eau propre. Puis on place ce qu’il reste de sable dans un coin du pan pour en faire un tas.

On va ensuite placer le peu d’eau qu’on a dans la casserole vers soi et faire en sorte que les sables soient au sec comme sur la photo ci-dessous.

placer les graviers en face de soi dans son pan
nettoyage pan final

l’angle est seulement de quelques degrés, donc si les sables se retrouvent encore sous l’eau, videz un peu d’eau pour être comme sur la photo.

Le début du nettoyage final.

L’idée de ce nettoyage consiste à nettoyer le tas de sable en envoyant l’eau par vagues successives dessus, et faire emporter les sables plus légers vers le bas.

nettoyage pan final

Votre position de départ est comme sur la photo ci-dessus. l’idée est donc d’abaisser votre pan vers le bas. Dès que vous allez faire cela, une première vague va fondre sur le tas. Lors du premier contact, il va falloir ramener la vague vers vous. C’est ainsi que vous allez vous retrouver à faire des mouvements “vers l’avant, vers l’arrière”. Notez bien que le pan n’est jamais à plat, il est toujours penché vers moi. On se sert de l’énergie que l’on donne a la vague pour aller chercher et ramener les sables vers soi.

Tout est une question de rythme.

Comme vous pouvez peut-être le voir dans la vidéo, il y a un certain rythme a avoir pour envoyer la vague devant et ramener les sable vers vous. Le but est d’isoler l’or en haut. Du fait de sa densité très haute, l’or restera en haut. Le reste glissera en bas.

Pour le rythme de mouvement, il faut imaginer que pour 1 unité de temps pour pencher vers l’avant, il faut 2 unités de temps pour faire le retour de la vague en penchant vers soi.

nettoyage pan final
nettoyage pan final
nettoyage pan final
nettoyage pan final

Petit a petit, les graviers descendent pour laisser apparaître l’or.

Il est fréquent de voir quelques points ou paillettes se faire la malle. Rien ne vous empêche de stopper le mouvement pour remonter la paillette tout en haut avec votre doigt.

on recupere les paillettes dans le pan

La récupération de l’or.

Normalement vos paillettes d’or sont parfaitement visibles en haut de votre pan américain, mais il est tout à fait possible que certaines soient descendues. Une technique du “bon chercheur d’or” qui demande aussi un peu d’entrainement est de faire du “tapping” (comme en guitare). Il faut immerger les paillettes dans l’eau (légèrement et doucement pour ne pas faire remonter les sables en bas). Conserver un angle descendant, et tapoter au-dessus du pan du côté où se trouvent les paillettes. Les sables ne vont pas migrer, mais les paillettes plus lourdes vont remonter pour se coller sur la bordure du pan.

faire du tapping pour faire remonter vos paillettes vers le haut

Il ne reste plus alors qu’à aspirer les paillettes avec une pipette,… afin de rendre un orpailleur heureux avec ces quelques centièmes de grammes d’or.

quelques paillettes en fond de pan americain

Nettoyer du concentré au pan issu d’une rampe de lavage.

Nettoyer son concentré produit par la rampe se passe exactement de la même façon. Attention tout de même à un détail: Un sluice concentre déjà les graviers , ce qui a pour effet que tous les graviers sont lourds. Il faut donc y aller doucement dès le début.

Il va donc falloir bien secouer pour bien faire descendre l’or au fond, et laver les graviers beaucoup plus doucement. Par sécurité, vous pouvez mettre sous l’eau un second pan pour limiter les pertes lors du nettoyage en le lestant avec une pierre.

Lors du nettoyage, dès que vous voyez une paillette sur les riffles, recentrez le tas et recommencez.

Pan américain VS rampe de lavage.

En France, on constate que beaucoup de chercheurs d’or adorent les rampes de lavage. Sans doute trop. La question qui peut se poser est : pourquoi ? La réponse peut être assez simple à comprendre. Une rampe de lavage est quelque chose de vivant, synonyme de “rentabilité” (dans le sens noble du terme). En effet, on pense tous (moi le premier à mes débuts), qu’utiliser une rampe de lavage est le moyen de s’assurer une bonne quantité d’or. Par ailleurs, les gens pensent aussi que “faire du pan” n’est pas assez rapide.

Aujourd’hui, je tiens un tout autre discours qui va de pair avec le fait qu’une bonne prospection doit être effectuée avant d’utiliser une sluicebox. Il y a un moyen qui permet d’être aussi “rentable” et efficace qu’une rampe de lavage, mais hélas, je ne vois personne en parler. Je vais donc remédier à cela dans les paragraphes qui suivent.

Le pan americain est aussi rapide, voire plus rapide qu’une rampe.

On a trop tendance à utiliser un pan tel qu’on nous l’a appris (comme ci-dessus). Or, quel est le point commun entre un pan et une rampe ? Tout deux concentrent l’or. La seule différence, c’est que la rampe ne peut pas isoler l’or pour être récolté à l’écart des derniers sables noirs. Aussi ,quand on fait du “panning”, on va toujours ou presque jusqu’au bout.

Maintenant, je vais vous proposer une autre vision. Pour cela, je vais me servir d’une image, d’un autre matériel. Connaissez-vous le flow pan. Un outil hybride de chez GOLDHOG, un mix entre un pan et une mini rampe. Son utilisation consiste à remplir le pan de graviers et de les nettoyer, puis de remplir à nouveau, …etc. Le pan n’est nettoyé qu’à la fin.

le flow pan de goldhog

Tout est une question de méthodologie.

De ce fait, imaginez faire de même avec un pan “normal”. Remplissez votre pan pour rechercher non pas l’or, mais obtenir du concentré aurifère. Le but est donc de s’arrêter au concentré, et, soit de le laisser au fond puis de remettre des graviers pour poursuivre le nettoyage, soit de déposer le concentré dans un contenant et de poursuivre l’exploitation du placer comme cela, en enchaînant les pans.

un beau concentré d'or et de sable au fond du pan americain

Il ne restera plus qu’à nettoyer tout le concentré, comme vous l’auriez fait avec une sluice box. Cette technique est très utile aussi lorsque la pose d’une rampe est impossible à cause de la configuration de la rivière. De plus, vous pourrez mieux appréhender et contrôler la teneur de l’or au fur et à mesure des pans. C’est une chose qui est beaucoup plus difficile à faire avec un sluice.

Je ne préconise donc l’utilisation du sluice que lorsque la concentration en or est suffisante. D’où l’importance de la prospection au pan américain ou toute autre bâtée. Essayez cette technique si vous en avez l’occasion, ça vous fera un excellent entraînement. Vous gagnerez en efficacité et en rapidité. Un gain non négligeable lorsque vous chercherez de l’or sur une nouvelle zone. Vous gagnerez du temps dans tous les cas.

Vues : 4263