Le Morbihan partiellement interdit pour protéger le biotope

L’information vient de tombé ce matin. Après le Finistère, c’est maintenant le Morbihan qui devient interdit à la pratique de l’orpaillage de loisir en tout cas sur une grande partie. Déjà que l’or ne se trouve pas partout, voilà que l’or ne pourra plus se chercher là où il est. Voici les explications que nous avons pu nous procurer et comment réagir face à cette hécatombe.

Le Morbihan est interdit partiellement pour protéger les frayères en été !!!.

L’information nous a été transmise directement par la FFOR . Une Personne à en effet contacté la Fédération car elle a essuyé un refus de pratiquer l’orpaillage malgré toutes les percussions d’usage lors de sa demande d’autorisation auprès de la DDT. Mais cette dernière lui a répondu avec ce message ci-dessous.

Dahlonega river aux états unis pour l'orpaillage

Bizarrement, nous retrouvons toujours les mêmes arguments que dans les autres interdictions à savoir Natura 2000, risque sur les frayères, … Pourtant aucune étude n’a pu prouver un impact de notre pratique sur les zones sensibles. De plus, pour avoir lu avec attention le contenu du classement Natura 2000, rien n’aborde, de près ou de loin, un risque avec la pratique de l’orpaillage de loisir. Natura 2000 ne fait que donner des directives pour maitriser la sauvegarde du milieu. Il n’interdit en rien une telle ou telle pratique.

Ce que nous ne savons pas, c’est s’il y a une carte d’une zone autorisée auquel cas l’interdiction serait partielle, ou si c’est tout le département. Comme toujours avec l’administration il faut chercher par nous même. Sur geoportail, on trie les sites natura 2000 et protection du biotope et on trouve cette carte.

carte geoportail protection du biotope et natura 2000 du Morbihan

On se retrouve avec cette carte qui si on regarde de plus près, laisse à croire qu’il reste peu de place pour l’orpaillage. La question se pose encore et toujours. Avons-nous une preuve comme quoi l’orpaillage de loisir est destructeur du milieu, ou encore, comment pourrions-nous adapter notre pratique pour qu’elle convienne au référentiel natural 2000 et protection du biotope.

Une étude de l’impact de l’orpaillage sur le milieu naturel qui tarde à venir.

Goldline Orpaillage et Orpaillage Aventure 09 a déjà fait une étude préliminaire avec des naturalistes, en présence avec l’autorité préfectorale du 09 et 31. Cette étude a permis d’ouvrir l’orpaillage de loisir au département de la Haute-Garonne, (interdit depuis 2016 à la pratique pour les mêmes raisons qu’Indiquées plus haut). L’Ariège qui avait prévu également une fermeture dès 2020 s’est satisfait de cette étude préliminaire pour autoriser à nouveau l’orpaillage.

Pour ces 2 départements, l’orpaillage n’est autorisé que sous certaines conditions, le tout, notifié noir sur blanc par un arrêté préfectoral qui est, à ce jour, en cours de rédaction et bientôt effectifs.

Néanmoins, cette étude demande à être beaucoup plus poussé. Il a serte été démontré que sous certaines contraintes de matériel, de maitrises des populations d’orpailleurs (demande formelle et écrite d’une autorisation) et de l’utilisation de bonnes pratiques (creuser dans des zones a faibles risques, reboucher les trous,….), l’impacte est si négligeable que la pratique de l’orpaillage est tout à fait possible. Mais il serait intéressant pour tout le monde de savoir quels sont les pratiques à risque et leurs impacts réels.

C’est donc 2 départements sur 4 que compte la Bretagne qui est à ce jour interdit à l’orpaillage.

À quand une réglementation de l’orpaillage de loisir national et claire d’un département à un autre ?

La grande question est “pourquoi est-ce autorisé dans les autres département et pas dans le Morbihan ?” Je vous avoue, nous l’ignorons. En réalité si (nous le savons) mais nous ne pouvons pas l’écrire ici.

Une chose est sûre. Il serait grand temps que l’orpaillage de loisir connaisse une étude d’impact digne de ce nom. Et qu’à l’issue de cette étude, on puisse se réunir tous autour d’une table pour trouver des solutions ensemble.

Hélas, ceci n’existera jamais. La raison est assez facile à comprendre. L’orpaillage étant assez solitaire (en général) et le nombre de pratiquants si peu représentatif par rapport à la population Française, que cela ne vaut pas le coup de se battre, surtout pour 600 personnes par an. C’est justement ce que pensent beaucoup de nos préfectures et aussi pas mal de pratiquants.

La position de Goldline Orpaillage.

Notre position est expliquée ci-dessus. Nous sommes spectateur, comme vous, de cette situation. Nous avons réussi un tour de force dans le 31-09 mais cela a pris 3 ans et demi. Il serait également bien qu’à défaut d’avoir des informations qu’à la condition de prendre contact avec les DDT, de mettre en place une page internet par préfecture pour donner les informations nécessaires pour faire sa demande et avoir une localisation claire pour orpailler.

Dans notre cas ici, pour le Morbihan, il faudrait avoir un peu plus d’informations sur où l’orpaillage est réellement possible et que cette information soit accessible de tous afin que les n’aboutissent pas à des refus systématiques.

Hits: 344