Portrait d’un orpailleur – Matteo OBERTO

C’est un portrait, aujourd’hui, que je souhaite vous partager. Ce portrait se nomme Matteo OBERTO, née en 1993, un prospecteur Italien autodidacte et avant-gardiste. Sa passion pour l’or est née il y a quelques années , sur les rives de la Dora Baltea, en Italie, quand il a vu ses premières paillettes s’arrêter au bas de sa battée. Il a commencé à explorer le sujet en profondeur à travers des livres, des articles de journaux, des articles académiques et des vidéos. Certains films et séries télévisées basés sur le thème de la recherche de l’or ont permis d’approfondir et d’accroître encore sa passion.

Matteo avec son pan

Le cursus Scolaire de Matteo.

Au cours de ses études universitaires, il a commencé à écrire le livre intitulé “Le manuel de l’or”. Ce livre résume les principaux sujets liés à l’orpaillage du point de vue amateur, universitaire et professionnel. C’était un objectif depuis le début pour lui, étant donné le peu de contenus accessibles. Il est le premier à publier un livre en Italie sur la recherche d’or abordant technique et science de la terre.

matteo qui soulève un rocher aurifère

Pendant l’écriture du premier livre, il réalise qu’il est nécessaire de commencer à écrire un deuxième ouvrage intitulé “Gold & Prospecting”. Car de nombreux prospecteurs italiens sont purement passionnés ou amateurs. Il aurait préféré un travail avec de nombreux dessins et graphiques, avec un langage simple afin d’être accessible par tous. Mais finalement, les deux livres sont publiés à l’automne 2018. Il connait alors une forte marge de lecture à la suite de la “fièvre de l’or”.

Sa passion pour la recherche d’or, l’a poussée vers les recoins les plus éloignés des sciences de la Terre. Ceci pour en arriver jusqu’aux théories modernes. Par exemple que le lien entre les bactéries et l’or, la formation des pépites bactériennes et de la biogenèse de l’or. Pour lui, ces thèmes revêtiront une importance pour le développement de techniques non invasives d’extraction de l’or.

Un bourreau de travail ce Matteo.

Matteo qui cherche de l'or avec sur turbopan

Il présente ses théories sous la forme d’une critique en novembre 2018 lors de l’événement. Tavagnasco Mineralogical Days, événement AMI (Association italienne de micro minéralogie). Avec un certain succès en tant que l’un des orateurs de la conférence. De plus, Il s’intéresse beaucoup à la rédaction d’articles des journaux étrangers. Sa première publication est en août 2018 (Italian Gold Placers, ICMJ’s – Californie). Puis un second (alluvial pay steaks, du même magazine). Après la publication des deux premiers livres en italien, les traductions ont suivi. Le manuel se traduit en anglais et est en cours de révision avec Luca C en tant que co-auteur. Ce dernier est choisi en raison de son expertise dans la recherche d’or avec le détecteur de métaux. Sa publication voit le jour par un éditeur australien. “Gold prospecting” en l’hiver 2018.

Matteo qui tamise du gravier aurifère

Il tient, avec un groupe d’orpailleur le site majeur d’orpaillage en Italie : https://cercatorioroitalia.altervista.org

Et pour la suite ?

L’avenir est encore incertain, mais la prospection à l’étranger (l’Australie, par exemple) approche et reste son prochain objectif, pour pouvoir continuer à augmenter le stock de connaissances et d’informations dans des zones potentiellement aurifères. D’autres études ont été axées sur le secteur universitaire de l’or biogénique et sur les situations potentielles dans le contexte italien, dont un article est en cours de révision. Au printemps 2019, les études universitaires se sont achevées avec une note finale dans le cursus de 110 degrés cum laude. Une chose est sur, cet Italien va bientôt faire parler de lui, même ici, dans notre petit pays francophone.

fr Français
X
error: