Les différents types de rampes de lavage (ou sluice box)

Sluice vient du mot anglais (raccourci) « sluice box » qui veut dire boite d’écluse. En français, on dit « rampes de lavage ». Mais on utilise le mot « sluice ». C’est un outil utilisé pour l’exploitation et l’extraction d’un gisement aurifère. C’est un canal garni de différents pièges afin de récolter de l’or. En premier lieu, il utilise les mêmes principes que ce que l’on observe dans le milieu naturel mais à petite échelle. Les rampes de lavage est une version miniature d’une rivière.

L’utilisation d’un sluice implique obligatoirement une prospection préalable de la zone. La plus grosse erreur qu’un débutant puisse faire est de déployer sa rampe à la minute où il arrive sur une nouvelle zone sans la connaitre. En effet, l’utilisation d’une rampe permet de traiter une quantité plus importante de graviers. Il serait dommage de remuer plusieurs dizaines de kilos de graviers pour 4 paillettes d’or….

Les types de rampes :

Nous allons, dans cette page, passer en revue l’ensemble des sluices que les orpailleurs utilisent. Il en existe plusieurs types, que l’on peut classer en 2 catégories.

  • Les sluices qui utilisent l’énergie du courant. On les appelle les stream sluices box. Ce sont les plus utilisés.
  • Et les sluices qui fonctionnent sans utiliser le courant.

Volontairement, nous n’allons pas parler des sluices motorisés. Ce type de matériel est interdit pour un usage de loisir.

1/ comment fonctionne un sluice d’un point de vue général :

Un sluice est un canal à fond plat avec à l’avant un entonnoir pour concentrer et accélérer l’eau qui entre dans ce canal. Il est jonché d’obstacles, afin de piéger l’or. Pour piéger cet or, un sluice utilise une action active et/ou passive. L’action active est la génération d’un vortex appelé également “courant d’helie” par un obstacle artificiel sous l’effet du courant. L’action passive est une forme de décantation des matériaux sous l’effet de la gravité. Dans tous les cas, une rampe de lavage utilise systématiquement de l’eau comme énergie. Pour régler au mieux la rampe, il faut prendre en compte plusieurs critères : la quantité d’eau qui circule à l’intérieur de celle-ci, la pente que l’on applique pour accélérer ou diminuer la vitesse du courant et la forme des obstacles.

A la fin de son utilisation, on procède à un nettoyage complet du canal et on récupère le « concentré aurifère ». Ce concentré se nettoie directement au pan.

2/ les différents types de sluices et leurs utilisations :

2.1 / les sluices de courant :

2.1.1/ Les sluices plastiques (sans moquette) :

la rampe caledonian est la rampe la plus utilisée et adapté en france

Les sluices plastiques (comme les Caledonian), sont des sluices sans moquettes ou tapis. L’ensemble du dispositif pour piéger l’or est moulé dans la structure même de la rampe. Elle fonctionne en mode exclusivement active avec des successions de riffles en escalier, et donc autant de tourbillons tout au long de la rampe.

création du votex de captation de l'or par un riffle

2.1.2/ les sluices à moquettes :

Lorsqu’on parle de sluice, c’est ce type de rampe que l’on trouve en premier car c’est le plus utilisé et le plus efficace. Il fonctionne en utilisant 2 actions (passives et actives). Si on démonte la rampe, nous avons en fond un tapis moquette ou en forme de spaghettis ; Par-dessus se trouve une tôle grillagée (métal déployé), le tout positionné et maintenu par une sorte d’échelle appelée “frame de riffles” ou “échelle de tasseaux”. Cette superposition de matériaux a chacun un rôle bien précis.

la rampe elvo 4 de boldblitz est la rampe la plus abouti au monde

Tout d’abord, l’échelle de riffles : de hauteur proche de 1 cm, écartés les uns des autres de 8 à 10 cm et de forme en V ou en Z, ils ont comme principale fonction de générer des remous ; c’est l’action active de la rampe. Ces remous forment derrière chaque riffle un tourbillon qui va piéger l’or juste derrière les riffles (comme le fait dans la nature un rocher ou une faille). Cependant, ce tourbillon n’agit que sur 1, voire 2 cm derrière le riffle. Aussi, après ce tourbillon se joue une action plus passive pour piéger l’or par un effet de dépôt par gravité.

elvo 4 goldblitz décomposée

C’est là que la tôle déployée et le tapis vont jouer leur rôle. Juste après le tourbillon, l’eau se stabilise avant d’atteindre le riffle suivant, permettant les dépôts d’or par décantation. La tôle déployée va créer des petites dépressions qui vont favorisant le dépôt d’or fin.

Riffles + métal déployé + tapis = la meilleure rampe qui soit

C’est l’utilisation associée du métal déployé et du tapis qui permet d’assurer une captation maximale de l’or. L’utilisation d’une telle rampe nécessite un courant faible à soutenu. S’il est trop faible, il va colmater et empêchera tout dépôt.

Ce type de rampe peut fonctionner pendant 4 heures sans nettoyage, si le courant est suffisant. On peut aller jusqu’à une journée entière si la rampe est assez longue.

Nous vous proposons de vous expliquer comment customiser votre rampe sur cette page. (cliquez ici)

2.1.3/ le bazooka :

Le bazooka est un autre type de rampe connu mais assez peu utilisée en Europe. Sa fabrication est le plus souvent artisanale. Il n’existe qu’un seul fournisseur dans le monde mais il est très cher car importé des Etats Unis. Aussi, ceux qui veulent l’utiliser préfèrent se le fabriquer.

le bazooka est une rampe spéciale qui permet d'orpailler sans tamisage

Son principe de fonctionnement est assez « spécial ». Il fonctionne en utilisant la caractéristique première de l’or « sa densité ». Cette boite est en forme d’entonnoir et fonctionne sur 2 étages. La partie supérieure fait circuler le courant et c’est aussi là que l’on dépose les graviers. Ces graviers n’ont pas besoin d’être préalablement triés. La partie arrière est dotée d’une grille en forme de griffes. Les gros modules passent au-dessus, les plus petits passent dessous dans une boite à l’arrière.

comment fonctionne un bazooka en orpaillage ?

La partie inférieure permet de concentrer le courant dans 2 tubes perforés dans la boite. Le rôle de ce tube est de brasser les graviers tamisés à l’intérieur de la boite. Ainsi, avec ce brassage, l’or va rester au fond et les sables plus légers vont remonter à la surface et être évacués.

2. 2/ les sluices sans courant ou hors courant :

En orpaillage, on travaille souvent sur des zones où les niveaux de l’eau sont assez bas et un courant rapide, idéal pour poser une rampe. Mais il arrive assez fréquemment de se retrouver dans des zones où la hauteur d’eau nous empêche d’utiliser ce genre de sluice. Heureusement, nos ancêtres avaient tout prévu.

Les premières rampes étaient des rampes qui n’utilisaient pas de courants. Aujourd’hui encore, certaines conditions nous oblige d’utiliser des méthodes d’antan mais remises au goût du jour. Hélas ces rampes ne sont pas ou peu manufacturées. Si vous en voulez une, il faudra vous la fabriquer.

Le gros avantage de l’utilisation de ces rampes sans courant est qu’il n’est pas nécessaire de tamiser les graviers. En effet, elles sont déjà dotées de systèmes permettant de traiter des graviers en vrac.

2.2.1/ le rocker (rocker box) :

Le rocker tire son nom du rocker chair (siège à bascule). C’est un canal à faible pente habillée de moquettes (et de tôles déployées), le tout surmonté d’un tamis en son amont. Certains possèdent même des riffles. C’est d’ailleurs le rocker box qui a donné le nom anglais de la rampe de lavage : sluice box (boite d’écluse).

le rocker box pour orpailler sans courant

Ce type de sluice a été très utilisé lors de la ruée vers l’or américaine. Le principe est de remplir le tamis de graviers en vrac. Ensuite il ne reste plus qu’à alimenter le tamis en eau, tout en balançant le rocker de gauche à droite. Ce balancier permet de remuer les graviers dans le tamis pour séparer les parties les plus fines qui passeront dans le canal en dessous. Il permet en parallèle de faire circuler l’eau et les sables le long du canal.

L’or et les particules les plus lourdes sont piégées par gravité et décantation (action passive). Une fois le vrac nettoyé, il faudra vider le tamis pour l’alimenter à nouveau. L’alimentation se fait au seau ou tout autre récipient mais il est tout à fait possible d’imaginer un dispositif de pompe manuelle couplé au balancier. Certains rockers n’utilisent pas de système de balancier. Il faut dans ce cas compenser l’énergie mécanique du balancement par un apport plus important en eau.

2.2.2/ LE gold rocker pan :

Très peu utilisé en Europe, le gold rocker pan est une alternative intéressante car c’est un croisement entre un pan, un sluice à moquette et un rocker.

le rocker pan

Le fait qu’il soit encombrant est très appréciable : En forme de cuvette dans laquelle on pose une moquette en son fond. Par-dessus, il y aura de la tôle déployée, le tout maintenu par une échelle de riffles. L’ensemble est monté sur un montant axial. Son utilisation est simple : on pose le rocker pan dans l’eau en appui sur le montant en faisant en sorte que le bas de la cuvette soit en contact avec la surface de l’eau. On le charge de graviers non tamisés et on fait balancer la cuvette en immergeant régulièrement son contenue. Après le premier cycle de lavage, il faut évacuer les matériaux restants et charger à nouveau.

Ce type de matériel, mi-sluice mi-pan se développe de plus en plus à l’image de Goldhog qui vient de sortir son flow pan.

le flow pan de goldhog

2.2.3/ le highbanker sans pompe :

Un highbanker n’est rien d’autre qu’une rampe de lavage qui est normalement alimentée en eau par une pompe thermique (l’utilisation d’un système motorisé nécessite une autorisation administrative). Cette rampe est posée sur des pieds, pour pouvoir travailler les pieds dans l’eau, et est surmontée d’un crible en plan incliné en amont.

le highbanker est motorisé donc interdit en france pour un usage de loisir

Mais rien n’empêche d’alimenter en eau la rampe sans pompe (pompe à main, seau). Pour le reste, le principe reste identique aux rampes précédentes. On dépose les graviers dans le crible dans la partie supérieure, que l’on va rincer à l’eau. L’eau et les sables vont descendre dans la rampe alors que les gros modules seront évacués. Les sables seront ensuite piégés par les tapis, tôles déployées et riffles comme dans une rampe à moquette classique.

Rédigé Par whex – COPYRIGHT 2019-2020