Comment choisir son matériel d’orpaillage ?

Chaque fois que vous allumez la télévision, vous pourriez rencontrer une nouvelle émission sur la recherche d’or. Y a-t-il une autre ruée vers l’or que vous avez manqué ? Mais comme toujours, l’or ne se récolte pas avec les doigts, ça se saurait… Il faut donc du matériel d’orpaillage spécifique pour votre pratique. L’or attire toujours les yeux et les gens. Sa demande sur le marché n’a jamais été aussi forte dans le monde et son prix s’envole. Même les prospecteurs débutants s’efforcent de prospecter pour voir s’ils peuvent s’enrichir. Hélas, les seules personnes qui s’enrichissent avec l’orpaillage sont les magasins spécialisés du secteur ou autres stages saisonniers.

Choisir son matériel est donc une étape importante tant lorsque l’on commence en orpaillage que lorsque l’on cherche à faire évoluer son matériel. Nous allons vous démontrer ici comment bien choisir votre matériel en fonction de votre niveau, de votre style (ou préférence) d’orpaillage et surtout votre budget. Vous allez voir qu’il faut être stratégique et très pragmatique pour ne pas se faire plumer inutilement et, aussi, être un peu malin. Nous allons vous expliquer tout ça. Nous allons séparer les choses dans un ordre chronologique d’expérience en orpaillage puis par type de recherche.

Pourquoi faut-il un matériel d’orpaillage adapté ?

En fonction de votre fréquence de sorties, de votre niveau, de votre budget et enfin de vos préférences, vous allez forcément avoir un matériel propre à vous à un instant “t”. Mais heureusement pour nous, il existe un “schéma” autour duquel nous nous retrouvons tous.

En effet, plus vous allez passer du temps au bord de l’eau ou à discuter avec des gens ici et là, vous allez pouvoir comparer, ajuster, adapter votre matériel en fonction de votre pratique. De base, le matériel utilisé évolue en fonction :

  • De l’expérience de l’utilisateur et,
  • Du budget alloué à votre loisir.

La stratégie pour vous sera de prendre en compte ces 2 facteurs pour en tirer le meilleur parti.

Le matériel d’orpaillage pour la première saison :

Le matériel minimum qu’il faut avoir pour être un chercheur d’or est un pan et une pipette d’aspiration. En soit vous avez rien besoin de plus pour commencer à orpailler. Avec juste ces 2 objets, vous pouvez trouver vos premières paillettes.

Une première année pour apprendre les bases :

Lors de la première année d’orpaillage, il y a 2 choses qu’il faut apprendre et ce dans un ordre bien precis.

  • Apprendre à utiliser un pan américain.
  • Apprendre à traquer l’or.
le pan est le materiel d'orpaillage de base

NB : Nous vous conseillons d’utiliser un pan américain plutôt qu’une batéa (ou chapeau chinois). L’utilisation d’un pan américain est beaucoup plus simple à apprendre. Lors de nos initiation d’orpaillage à Orpailleland, un néophyte sait utiliser un pan au bout d’une heure (parfois moins) à condition d’avoir les bonnes méthodes pédagogiques. Un chapeau chinois demande plus de dextérité et d’expérience pour l’utiliser parfaitement. Il est donc assez peu utilisé en France sauf par quelques nostalgiques.

Ce n’est qu’une fois que vous saurez utiliser un pan américain que vous pourrez être autonome pour découvrir le sable aurifère (ou pas). Vous pourrez alors apprendre à découvrir comment rechercher l’or dans un placer ou dans la roche mère en vous servant des informations que vous trouverez ici et là, ou lors des stages d’initiation.

Ne pas aller trop vite ou griller les étapes !

La première année est une année charnière où se mêle une phase importante de l’apprentissage et l’envie d’utiliser plein de matériels différents et pleins de techniques.

Une chose est sure, le pan et la pissette d’aspiration est toujours utile et utilisé même après 20 ans d’orpaillage dans les pattes. De plus ce matériel est assez bon marché (autour de 20 euros). Si l’activité ne vous plait pas, vous n’aurez pas pris beaucoup de risques. Cependant, pour une première saison, il faut gonfler un peu la panoplie pour être bien équipé sans trop. Et surtout acheter juste ce qu’il faut pour son niveau du moment.

Une chose est sure, il y a bien un matériel que vous n’aurez pas besoin la première saison. Ce matériel est la rampe de lavage.

Le matériel pour la première année :

Pour la première année, finalement, vous n’avez pas besoin de grand-chose.

  • Un pan
  • Une pissette d’aspiration
le materiel minimum pour être chercheur d'or

Pour être un peu plus complet, il va manquer peut être quelques petits outils.

  • Un flacon a paillette
  • une pipette plastique

Une fois rentré chez vous, une fois vos premières sorties effectuées, vous devriez avoir quelque paillettes dans votre pissette. Il sera donc intéressant de pouvoir les mettre en avant pour pouvoir éblouir vos mirettes devant vos paillettes et les montrer a vos proches. L’occasion de parfaire le nettoyage en retirant les impuretés. Votre pipette plastique vous permettra d’isoler vos paillettes d’or.

Récolte d'or dans un flacon et un matériel d'orpaillage indispensable

NB : petit conseil personnel : Je préfère exposer mes paillettes dans des petits flacons mais sans eau. C’est-à-dire que je sèche mes paillettes dans une vielle poile avant de les déposer dans une fiole. L’effet loupe minimise la quantité d’or, serte, mais lorsque vous en aurez un petit gramme, vous pourrez en apprécier la couleur réelle et surtout les effets kinesthésiques du bruit de l’or contre le verre. Un son dont on ne peut se lasser. Je vous le garantis.

Pour prospecter, il vous faudra aussi un petit peu d’outillage. Mais pas de panique, on va se servir d’objet détourné.

  • Crochet.
  • Cuillère à café et à soupe.
crochet pour nettoyer les failles en orpaillage

Ces outils sont facilement trouvables chez vous voir en brocante pour presque rien. Les cuillères doivent être solides pour s’en servir de micro pelles à failles (bons pièges pour l’or). Pour les crochets, inutile d’investir dans des crochets “d’orpaillage”, un vieux tournevis plat dont on aura plié le bout à 90° fait très bien le travail. Vous pouvez aussi utiliser un petit tube en aluminium que vous pouvez façonner facilement pour le transformer en crochet avec un bec en godet.

NB : Une chose très importante en orpaillage, le matériel d’orpaillage et petits outils peuvent être détournés, façonnés et transformés très facilement. Un excellent moyen de s’outiller pour pas chers.

comment fabriquer une pompe à main pour l'orpaillage

Ce dernier outil est indispensable dès la première année. Normalement, c’est la première “grosse” fabrication que tout orpailleur se fait lui-même. Alors oui vous pouvez l’acheter mais franchement, pour 30 euros de matériel, 2 heures de travail et un bon tuto (le lien est sur le mot “pompe à main), vous en avait une faite de vos mains 5 fois moins chère que dans le marché.

NB : Pour commencer, il est tout à fait opportun d’acheter un kit d’orpaillage qui contient une bonne partie de cette première liste. Généralement complet, ils sont parfaits pour bien commencer au moindre cout. Évidemment, un kit comportant une rampe de lavage n’est pas forcément le meilleur choix pour les raisons que nous avons citées au début. Après, certain préfèrent tout avoir d’un coups. Seul conseil à retenir, ne grillez pas les étapes.

Renseignez-vous sur la réglementation de l’orpaillage :

L’orpaillage a des règles basés sur le code minier et de l’environnement. Il est donc obligatoire de faire sa déclaration auprès du service compétant de votre département ou d’utiliser dans certains cas un formulaire de déclaration pré-rempli.

Pour aller plus loin vous pouvez regarder cette vidéo explicative.

Seconde saison et le matériel d’orpaillage évolue avec l’expérience :

Normalement, la première saison est avant tout une phase de découverte puis une phase d’apprentissage de base. Sachez que l’apprentissage est loin d’être terminé, on apprend toujours en orpaillage. Vous avez eu vos premières paillettes, vous comprenez comment lire une rivière et deviner ou se dépose l’or. Vous avez forcément partagé vos découvertes mais maintenant vous voulez aller plus loin, en avoir plus et trouver plus d’or. Et forcement, vous voyez à chaque coin d’internet la fameuse “rampe de lavage” pour nettoyer les sédiments aurifères. Pour certain c’est “LE” matériel d’orpaillage par excellence.

la rampe de lavage fait soi même est l emeilleur materiel qui soit

NB : Je me permets de corriger cette dernière phrase en vous posant 2 questions réciproques. Avec une rampe de lavage seul, peut-on récupérer de l’or ? Non ! Avec un pan américain seul, peut-on récupérer de l’or ? Oui ! Une rampe d’orpaillage est utile mais cela ne doit pas être votre priorité. Elle doit être utilisée au bon moment, dans les bonnes conditions aurifères et de milieu. N’oubliez jamais qu’un magasin se fait beaucoup plus de marge sur une rampe d’orpaillage que sur un pan ou un kit d’orpaillage. Ceci explique peut-être aussi l’abondance des publicités sur les tapis ou rampes d’orpaillage.

Un nouveau matériel : La première rampe d’orpaillage :

Une rampe de lavage ou sluice box est un canal artificiel qui reproduit une petite rivière miniature. La rampe est ensuite posée dans le courant pour faire circuler de l’eau de part en part. Le fond de cette rampe est tapissée de dispositifs (pièges, riffles, tapis, ….) Ayant pour but de récupérer l’or parmi le gravier et le sable aurifère.

Généralement, lors de la seconde saison, la rampe de lavage devient logiquement le matériel d’orpaillage à avoir. Et là, il y a 2 écoles.

  • Les bricoleurs.
  • Les consommateurs.

NB : Ironiquement, j’ai utilisé le mot “consommateurs” au lieu “d’acheteur” mais je vais vous expliquer ce choix de vocabulaire.

Une rampe de lavage “play to win” (ou pas) :

Les rampes de lavage prêtes à l’emploi se multiplient sur le net. Il y en a de toute sorte. Tout comme une rivière, chaque rampe de lavage à sa propre façon de fonctionner et il est important de bien comprendre “son âme”. Il en est de même pour les tapis que vous allez utiliser.

Il est donc très important de vous renseigner sur le type de rampes et de tapis que vous allez acheter, surtout si c’est votre première. N’oubliez jamais que pour un vendeur, une rampe de lavage lui permet de se faire plus de marge qu’un pan américain. Ne vous laissez pas avoir.

l'un des fondateur de goldline orpaillage

NB : Fuyez les gens qui vous expliquent qu’une bonne rampe se qualifie par un taux de perte d’or minime. Une rampe perd toujours de l’or. Par contre recherchez plutôt une rampe ou un tapis qui permet de bien concentrer l’or. Concentrer l’or veut simplement dire que l’or est conservé et que les graviers et débris sont bien évacués. Sachez pour exemple qu’une rampe professionnelle motorisée à un taux de perte de 20 % sur une heure de fonctionnement...

Si vous achetez une rampe il va donc falloir bien se renseigner sur son fonctionnement. Le mieux est d’appeler directement le vendeur. Si vous sentez, à sa voix un certain flottement dans ses explications, fuyez ! Une fois votre rampe chez vous, pensez bien qu’il va vous falloir un certain temps et d’expérience pour bien la faire fonctionner (bien la positionner dans l’eau, avec le bon débit, la bonne pente et surtout la bonne granulométrie de sable).

Une rampe fait soi-même :

Faire sa propre rampe à pour moi 3 gros avantages :

  • Maitrise de son budget rampe.
  • Apprentissage de fabrication et des techniques de piège.
  • Satisfaction personnelle de pouvoir récolter soi-même son or par ses propres moyens et son propre matériel d’orpaillage.
Maitrise de son budget :

Fabriquer une rampe ne revient pas si chers. Si vous êtes bricoleur (et encore …) Vous y arriverez sans difficulté. En effet, il faut juste un canal en aluminium par exemple en forme de U. Puis acheter un tapis voir encore mieux le fabriquer vous-même comme avec la technique du V mat custom. Vous pouvez faire votre rampe pour 50 euros et celle-ci sera customisable à volonté. Si vous n’avez pas de matériel pour plier le métal, vous pouvez vous rapprocher d’un chaudronnier avec un plan pour vous faire le canal en U. Cela devrait vous couter entre 15 et 30 euros selon la complexité.

V mat orpaillage pour rampe DIY
Voici une rampe de 60 cm de long, 15 de large avec du V mat custom. Cette rampe m’a couté 40 euros.
Faire soit même :

Faire soit même son matériel, encore plus une rampe, permet d’adapter son matériel à sa pratique mais surtout permet de mieux comprendre les phénomènes physiques de l’or dans l’eau. Faire sa propre rampe, et particulièrement les pièges et riffles vous aidera à faire une rampe efficace. N’oubliez jamais qu’une rampe est une rivière miniature. En fabriquant votre rampe, vos pièges, vous allez pouvoir voir sur le terrain ce qui marche et ce qui ne marche pas. Où l’or de dépose et où il se dépose moins bien. Ceci vous aidera à extrapoler ces tests sur les pièges naturels sur le terrain dans votre cours d’eau.

Satisfaction personnelle :

Quoi de plus gratifiant de passer du temps à fabriquer son matériel d’orpaillage et de récolter de l’or avec. D’être capable de le perfectionner et de savoir quoi faire pour y arriver. En arriver à ce résultat veut simplement dire que vous avez appris des choses par votre propre expérience, par vous-même. Quoi de plus satisfaisant.

Le matériel annexe mais indispensable :

Avoir une rampe avec soi nécessité aussi un petit peu de matériel supplémentaire à celui de votre première année.

  • Un seau.
  • Un tamis.
  • Une pelle plus grande.
l'ouitillage necessaire pour utiliser une rampe de lavage

Votre rampe de lavage implique un traitement de plus de gravier (quoi que pas toujours). Il va vous falloir une pelle un peu plus grosse et un seau pour transporter le gravier à la rampe au bord de l’eau. Il vous faudra aussi obligatoirement un tamis pour concentrer en amont les graviers avant de les déposer dans la rampe.

Conclusion :

Généralement, votre seconde saison vous servira à faire vos premières exploitations avec vos premières belles récoltes.

NB : N’oubliez pas que vous allez remuer plus de gravier. Il reste très important pour garder une bonne image de notre pratique de bien reboucher vos trous et remettre en état derrière vous.

Les saisons suivantes permettent de cibler votre matériel à vos gouts :

Normalement, si vous passez les 2 premières saisons (ou année c’est pareil), c’est que vous avez contracté le virus jaunifère (j’aime bien ce mot car il mixe “jaune” et “aurifère”).

  • La première année est une découverte et les premiers apprentissages.
  • La seconde confirme vos acquis et vous commencez a avoir des résultats.

Pour cette troisième année et les suivantes, vous allez rechercher de plus vastes contrés et aussi gouter à d’autres techniques. Vu que normalement vous devriez avoir un peu plus de volume, vous allez peut-être chercher à optimiser votre travail, par exemple traiter votre concentré chez vous et non au bord de l’eau. Nous allons voir tout ça …

De nouvelle technique à expérimenter, et donc du nouveau matériel :

L’une des techniques qu’on expérimente en premier c’est le sniping. C’est un peu comme nettoyer une fissure ou une faille mais sous l’eau. Pour cette technique vous devez avoir un matériel d’orpaillage bien particulier mais pas forcément chers.

pour faire du sniping en orpaillage, il faut du matériel spécifique
  • Masque et tuba.
  • Pissette d’aspiration ou poire d’aspiration.
  • Un pan.
  • Une combinaison pour les plus frileux.
  • Des crochets.

Vous voyez, c’est pas non plus un matériel exceptionnel. Mais cette technique vous donnera une autre vision de l’orpaillage surtout quand il fait très chaud en été. De plus, vous verrez par vous-même où l’or circule et se piège dans la rivière. Ce qu’on vous explique en théorie, vous allez pouvoir le voir directement et confronter vos idées reçus.

Traiter son concentré :

Plus vous serez assidu, plus vous trouverez d’or et vous adapterez votre façon de faire. Moi, j’ai pour habitude de nettoyer le concentré de ma rampe qu’une fois chez moi, pour les jours où il pleut et en hiver.

Vous pouvez très bien utiliser une bassine d’eau et le faire au pan mais vous pouvez aussi construire divers outils pour aider au nettoyage comme une table de miller, un bol de nettoyage, ou un concentrateur. Mais nous aurons l’occasion de vous présenter tout cela lors d’un article dédié.

Le mot de la fin :

Le chercheur d’or a une progression continue. C’est ce qu’on appelle l’expérience. Il en est de même pour le matériel d’orpaillage. Je voulais conclure en vous disant qu’un orpailleur doit toujours d’adapter :

  • Face à son milieu qui l’entoure et,
  • Face aux outils qu’il utilise.

Dans la mesure du possible, l’orpailleur peut adapter son matériel et sans que cela ne lui demande trop de moyens. Ça peut prendre du temps mais l’expérience c’est aussi une grande valeur qui ne s’apprend pas dans un livre ou devant le site de goldline orpaillage. Vous pouvez presque tout fabriquer ou détourner vous-même sans forcément devoir acheter du matériel importé. Ce sera à vous de déformer votre réalité sur les objets qui vous entoure pour l’adapter a votre pratique. Mais certain matériel conçu pour l’orpaillage sont tout de même assez bien pensés, mais sachez que les fabricants cherchent avant tout à gagner leur vie avec ce qu’ils vous proposent. A vous de voir si le rapport loisir/cout en vaut la peine.

fr Français
X
error: