Compte rendu de l’association : Bilan 2020 et Objectifs 2021

Comme chaque fin de saison, nous avons pour habitude de dresser un bilan et d’énoncer nos objectifs pour la saison prochaine. Ceci afin de donner de la visibilité à nos lecteurs orpailleurs (ou non-orpailleurs). Cette année 2020 a été très particulière pour tout le monde, même dans le monde de l’orpaillage amateur en France. Bien que l’activité d’orpaillage n’ait pu être pratiquée cette année comme nous l’aurions souhaité, nous avons pu , de notre côté, accomplir pas mal de projets en cours. Cet article sera l’occasion de faire le bilan de l’année 2020 mais aussi de nous projeter sur la prochaine saison 2021.

Un bilan 2020 plutôt positif

Depuis 2015, l’orpaillage de loisir a connu un engouement particulier en France. La mise en avant de cette pratique sur les réseaux sociaux, la multiplication des youtubeurs traitant de ce sujet, la création de nouvelles boutiques de vente de matériel et les publicités commerciales qui vont avec ont contribué à son développement. Un processus normal pour un loisir qui se démocratise. C’est aussi pour cela que l’association Goldline Orpaillage a été créée.

bilan sortie orpaillage

Depuis 2019, mais aussi avant même la création de l’association, nous avons entrepris un travail auprès des Directions Départementales du Territoire, en charge de l’application de la réglementation de l’orpaillage récréatif en France. Ce fut’occasion pour notre association de prendre contact avec celles qui ont émis un véto sur ce loisir.

Les arrêtés sur l’orpaillage du 31 et 09

Mise en place de l’arrêté sur l’orpaillage en Ariège

Avec l’aide de Jimmy du club associatif “Orpaillage Aventure”, nous avons travaillé activement avec la DDT de l’Ariège (09) pour éviter une interdiction de l’orpaillage dans ce département mythique.

Pour cela, nous avons rencontré un naturaliste mandaté par la DDT du 09 pour étudier l’impact du loisir sur le milieu. Après un été à nous suivre, il en a conclu que l’orpaillage était compatible avec le milieu, ce qui a abouti à l’arrêté en vigueur aujourd’hui.

Finalement, nous n’avons pas perdu beaucoup de terrain.

  • Une section de cours d’eau qui était la même qu’auparavant,
  • Une limitation sur la taille des rampes de lavage qui restent sur une dimension maximale largement en accord avec 98% des rampes utilisées par les orpailleurs.
  • Un système de demande d’autorisation simplifié par un formulaire internet.

Un arrêté permet surtout de reconnaître le loisir sur le plan légal. L’avantage principal, c’est qu’en cas de modification de cet arrêté, nous serons conviés à négocier, que ce soit pour améliorer l’arrêté ou le défendre.

Mise en place de l’arrêté sur l’orpaillage en Haute-Garonne

L’arrêté dans le département de la Haute-Garonne (31) a été mis en place en continuité avec le travail qui a été effectué avec le département de l’Ariège par le simple fait de la disposition géographique des cours d’eau. Cependant, le travail que nous avons réalisé avec le 31 a duré bien plus longtemps (4 ans) car l’orpaillage y été interdit depuis 2015.

Les enjeux de ce département étaient beaucoup plus importants avec une nécessité de garantie sur l’impact du loisir sur le milieu. Finalement, même si l’arrêté est identique au 31, les conditions pour effectuer les demandes sont beaucoup plus précises avec quelques contraintes supplémentaires. Le résultat final est une ouverture de l’orpaillage dans un département interdit, faisant suite à un travail commun tripartite entre notre association, la DDT du 09 et la DDT du 31.

En plus des fondements de l’arrêté initial du 09, la DDT du 31 a souhaité ajouter :

  • Une demande d’autorisation à la journée,
  • Une obligation d’une restitution de remise en état (bilan) après chaque sortie.

Un maintien des arrêtés sous conditions, ou bien ce sera l’interdiction définitive

Si ces arrêtés sont plutôt une bonne chose, car c’est un statut légal qui manquait à notre loisir , nous avons été clairement mis en garde: L’orpaillage de loisir doit garantir l’impact sur le biotope. Il doit également se structurer. De plus, un aspect bien particulier a été souligné:

“L’orpaillage de loisir est un loisir et non un moyen d’arrondir ses fins de mois. L’or que vous récoltez est uniquement destiné à un usage privé. Tout commerce de votre or ne peut être toléré si les démarches prévues à cet effet ne sont pas respectés”. Nous retiendrons de cette phrase, qu’une certaine vision de l’orpaillage qui existe dans notre communauté est à exclure.

Un bilan entaché par de futures tensions, à prévoir dans d’autres départements

Si dans les départements dont nous nous sommes occupé, tout c’est bien déroulé, ce n’est pas le cas d’autres départements. En effet, d’autres département on subit en 2020 une fréquentation plus importante. C’est la DDT du 31, avec qui nous avons d’excellentes relations, qui nous informent de ce qu’il se passe un peu partout en France, ou parfois certains orpailleurs.

Les départements en question sont :

  • Les Pyrénées-Orientales qui a connu une fréquentation avec une augmentation des demandes de 700%,
  • Le Gard qui a connu une fréquentation record depuis la mise en place de sa réglementation (2011).
  • L’ensemble des départements de la région Bretagne qui souhaite suivre l’exemple du Finistère.

Bien entendu, de notre côté, nous avons pris le parti de ne pas intervenir pour ne pas interférer avec les institutions en place. Hélas, nous nous inquiétons de voir si peu d’association prendre le problème à bras le corps. Nous en reparlerons un peu plus loin dans l’article.

Les objectifs pour 2021

Les objectifs principaux de notre association ont été atteints avec la mise en place des arrêtés dont nous venons de parler. Notre objectif était de sécuriser la pratique de l’orpaillage dans ces 2 départements (départements dans lesquel nous pratiquons). Nous devons maintenant nous projeter sur la saison suivante, et là aussi pas mal de choses vont changer.

bilan sortie orpaillage

Arrêt des adhésions à l’association Goldline Orpaillage

Autour du mois de juin 2020, nous avons bloqué l’accès aux adhésions à l’association.

Nous ne voulons pas que les gens qui veulent nous soutenir dans nos actions payent alors que nous sommes incapables de leur rendre une plus-value (sortie de groupes, concours, codes promos partenaires ….). Plusieurs membres qui ont adhéré à notre association se sont plaints que l’on ne leur proposait pas de sorties. C’est un fait, nous n’avons pas les capacités, tant physiques que financières, d’assurer ce genre de prestations. A l’issue de ce constat, afin de ne pas peser sur les finances de nos “fans” sachant qu’ils attendent quelque chose que nous ne pouvons pas leur offrir, nous avons décidé de ne pas poursuivre les adhésions.

Nous estimons par ailleurs qu’il y a des moyens simples de nous soutenir comme appliquer la charte de bonne pratique des orpailleurs. Il y a également la possibilité de nous faire des dons ou encore acheter nos goodies. Certes, nous avons besoin de faire tourner la “boutique” mais nous faisons en sorte de trouver des solutions alternatives pour ne pas devoir puiser dans le portefeuille des orpailleurs.

Poursuite du suivi et de l’évolution des arrêtés du 31 et du 09

Même si les arrêtés sont maintenant en place et appliqués, nous savons qu’il est possible de faire évoluer un peu plus favorablement ces arrêtés. Le bilan a été fait et les 2 départements sont très satisfaits de cette procédure et elle a été parfaitement appliquée par les orpailleurs cet été. Nous avions préalablement prévu avant même la mis en place, de pouvoir attendre une extension de certaines zones “orpaillables”. Notre mission dans les prochaines semaines sera de négocier l’extension des zones exploitables.

Nous allons aussi réfléchir à mieux rationaliser les demandes d’autorisation pour le 31. Les demandes à la journée peuvent parfois être lourdes pour les “orpailleurs frénétiques” et l’administration qui doit suivre le rythme. Le but est de garantir la même efficacité d’information tout en limitant les afflux de demandes répétées.

Un changement de présidence à la tête de la FFOR

La fédération Française d’orpaillage voit partir Monsieur Pichon qui quitte ses fonctions de président. C’est avec lui que nous avons traité toutes les procédures de mise en place des arrêtés dans le 31 et le 09. Nous savons également que des noms se sont fait connaître pour cette succession. J’arrête immédiatement le suspens, Goldline Orpaillage ne s’est pas présenté, car nous n’en avons pas les capacités ni l’énergie. En attendant le vote, nous sommes assez optimistes quant à la nomination finale, car nous restons persuadés que cela va faire évoluer notre fédération dans le bon sens.

Conclusion

Nous tenons a dire un petit mot de fin qui nous semble important. L’orpaillage de loisir manque de structure associative et d’engagement. Nous savons que cette année encore, beaucoup de choses vont changer et évoluer. Nous encourageons les orpailleurs à fonder des associations. C’est facile, gratuit et il suffit d’être 2. C’est primordial pour entrer en contact avec des DDT afin qu’elles nous écoutent! Ce qu’il se passe en Bretagne avec des interdictions en chaîne n’aurait jamais pu arriver si une association avait pris le lead pour aller discuter, voire négocier avec les DDT locales.

Nous pensons que rien n’est irréversible, la preuve en est exposée ici. Encore faut-il le vouloir!